Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Faits de société > Randonnées sectaires à Léoncel ?

Randonnées sectaires à Léoncel ?

samedi 22 mai 2010

Randonnées sectaires...ça vous dit quelque chose ?

Finalement le fonctionnement est banal...
et le mal est terriblement conformiste disait avec justesse Bernanos...

Une association bordelaise, Infos-Sectes Aquitaine, a alerté récemment les pouvoirs publics sur des "dérives sectaires" constatées dans le Sud-Ouest en marge de "Jeûne et Randonnée", un courant qui propose de longues marches associées à une diète stricte.

Dans un "appel à la vigilance" transmis à la presse, Infos-Sectes Aquitaine a dénoncé des "programmes de loisirs sports et soins (...) présentés comme une promesse de mieux être, de guérison, hors des voies habituelles" et pouvant déboucher sur de "véritables dérives sectaires".

Au terme d’un an d’enquête, l’association a en particulier dénoncé "certains gîtes ruraux ou d’étapes dont les publicités font manifestement référence à des méthodes non contrôlées, dont certaines constituent manifestement un prosélytisme à connotation sectaire".

Pour Infos-Sectes Aquitaine, il faut un contrôle accru "des subventions publiques pour ces gîtes, notamment sur des circuits symboliques, tel que cathare ou Saint-Jacques de Compostelle, qui font l’objet de programmes européens". Parmi les pratiques proposées dans ces gîtes ou lors de stages figurent "le coaching en énergie vitale", "le décodage biologique", la "fasciathérapie", la "kinésiologie", les "voix du chamanisme" "l’oriculothérapie" ou encore la lectio divina, la pseudo communion avec la nature, une soi disant initiation au grégorien, de supposées conférences spirituelles de gourous à la dérive...

Infos-Sectes Aquitaine a précisé ne pas accuser le mouvement alternatif "Jeûne et Randonnée" de recouvrir une secte, mais elle a dénoncé les méthodes de soins discutables parfois prodiguées au cours des randonnées. Pour son président, l’avocat bordelais Daniel Picotin, "on profite de la méthode qui paraît sympathique pour passer de la purification du corps à la purification de l’esprit puis à l’embrigadement".

Les randonneurs seraient d’autant plus vulnérables, selon Me Picotin, qu’ils sont "affaiblis par des jours de marche , isolés de leurs famille et parfois dans une quête spirituelle".

 L’enquête d’Infos-Sectes Aquitaine a donné lieu à un rapport de 200 pages "transmis en octobre à la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, ndlr) et à des parlementaires chargés de la question des sectes", a précisé à l’initiateur de l’enquête, Hervé Gilardin. "Il y aurait 13 ou 14 gîtes de ce type en Aquitaine ou dans d’autres régions, organisant en moyenne sept à huit stages par an, avec des prix allant jusqu’à 1.000 euros, voire plus, pour sept jours", a-t-il indiqué. Dans son appel, Infos-Sectes Aquitaine a également invité à la vigilance les médias, qui louent parfois "sans réserve" ce type de pratiques, et les familles, "lorsqu’elles envoient leurs adolescents ou étudiants voire parents sur des parcours de randonnée".

Des méthodes qui ne sont pas sans rappeler celles d’embrigadement et d’endoctrinement mis en pratique par Georges le Gourou de Léoncel ...qui bénéficie lui aussi de grasses subventions directes et indirectes et du détournement d’anciens fonds de donation faits à la Cosme ainsi que du squat illégal de la Maison St Hugues.

Quand aux engagements pris par le diocèse et les autorités sur la vocation et l’utilisation de cette maison St Hugues pillée comme on le sait...et utilisée comme on le sait aussi elles restent lettre morte...et Georges et ses "adeptes" peuvent faire leur beurre

Il n’empêche que l’on nous doit plus de 200000 euros de matériel "emprunté" ou volé voire détruit sans compter les préjudices moraux qui ont conduit Soeur Marie-Françoise au trépas. Un nom que l’on n’évoque jamais sur place car il est tabou ...mais sans qui pourtant Léoncel ne serait plus aujourd’hui.

Ses volontés posthumes ne sont même pas respectées et plusieurs des objets personnels qui furent confiés par elle à la Cosme furent dérobés...dont une icône devant laquelle elle priait 7 fois par jour

Misogynie d’Eglise et de diocèse oblige !

Où est cet objet de vénération ? dans quelque décharge publique ? ou les toilettes d’un pseudo-potentat du lieu , nouveau Monsieur Jourdain local qui fait dans dans le culturel ?

Un scandale !

Nous nous attendons qu’on nous la rende ! si cette personne a encore un brin d’honnêteté !


Voir en ligne : Abbaye de Léoncel