Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Histoire > Vers une réhabilitation de Judas

Vers une réhabilitation de Judas

vendredi 7 avril 2006

Après avoir disparu pendant près de 1.700 ans, la seule copie connue de l’Evangile de Judas, rendue publique jeudi, révèle les relations de celui-ci avec Jésus sous un jour différent du traître l’ayant vendu aux Romains.

Le manuscrit de 25 pages en papyrus, écrit en copte dialectal, révélé par la revue américaine the National Geographic, a été authentifié comme datant du 3e ou 4e siècle. C’est une copie d’une version plus ancienne rédigée en grec.

Contrairement à la version des quatre Evangiles officiels, ce texte indique que Judas était un initié ayant trahi Jésus à la demande de ce dernier pour assurer la rédemption de l’humanité.

Le passage clé du document est attribué à Jésus disant à Judas : "Tu les surpasseras tous. Tu sacrifieras l’homme qui m’a revêtu". [1]

Selon les exégètes, cette phrase signifie que Judas contribuera à libérer l’esprit de Jésus en l’aidant à se débarrasser de son enveloppe charnelle.

"Cette découverte spectaculaire d’un texte ancien, non-biblique, considéré par certains experts comme l’un des plus importants mis au jour depuis les 60 dernières années, étend notre connaissance de l’Histoire et des différentes opinions théologiques du début de l’ère chrétienne", a souligné Terry Garcia, un des responsables de la revue américaine.

L’existence de l’Evangile de Judas avait été attestée par le premier évêque de Lyon, la capitale des Gaules (France), Saint-Irénée, qui l’avait dénoncé dans un texte contre les hérésies vers le milieu du IIe siècle.

"La découverte étonnante de l’Evangile de Judas comme de ceux de Marie-Madeleine et de nombreux autres de ces documents dissimulés pendant près de 2.000 ans bouleverse notre compréhension de l’aube du christianisme", a estimé Elaine Pagels, professeur de religion à l’université de Princeton et l’une des grandes spécialistes mondiales des évangiles gnostiques.

"Ces découvertes font voler en éclat le mythe d’une religion monolithique et montrent combien le mouvement chrétien était réellement divers et fascinant à ses débuts", a-t-elle ajouté

Le document bordé de cuir a été découvert dans les années 70 dans le désert égyptien près de El Minya.

Il a ensuite circulé parmi les courtiers en antiquités pour se retrouver d’abord en Europe puis aux Etats-Unis où il est resté dans un coffre d’une banque à Long Island (New York) pendant 16 ans avant d’être racheté en 2000 par l’antiquaire suisse Frieda Nussberger-Tchacos.

Inquiet de la détérioration du manuscrit, l’antiquaire l’a confié à la fondation suisse Maecenas en février 2001 afin de le préserver et de le traduire.

Après avoir restauré le document, le travail d’analyse et de traduction a été confié à une équipe de coptologues dirigée par le professeur Rudolf Kasser, un retraité de l’Université de Genève.

Celui-ci a dit ne jamais avoir vu un manuscrit en aussi mauvais état. Des pages étaient manquantes, le haut des pages où figuraient les numéros s’était brisé et il y avait près d’un millier de fragments.

Pour reconstituer "le puzzle le plus complexe jamais créé par l’Histoire", le professeur Kasser a été épaulé dans sa tâche par le conservateur du papyrus, Florence Darbre, et l’expert en copte dialectal Gregor Wurst de l’université d’Augsburg (Allemagne).

Le document, appelé "Codex de Tchacos", sera remis à l’Egypte et conservé au musée copte du Caire.

Le National Geographic y consacre un long article dans son numéro de mai et ouvrira une exposition le 7 avril à son siège à Washington où le public pourra voir des pages du manuscrit.

La revue, en collaboration avec la fondation Maecenas, présentera aussi aux Etats-Unis un documentaire de deux heures sur sa chaîne de télévision cablée le dimanche 9 avril.

Le manuscrit a été traduit en anglais, allemand et français et fait aussi l’objet de deux ouvrages.

L’Eglise fait la sourde oreille et dit que cela ne change rien à ses dires... quelques évêques "branchés" commandités pour occuper le terrain et jouer sur les deux tableaux se sont réjouis de "la richesse et de la multiplicité des visages du christianisme" dès les premiers siècles...

...sauf qu’en fait il s’agit de la religion juive et d’une secte "chrétienne et gnostique en son sein" on ne peut parler de christianisme avant le 4ème siècle...quand à la gnose on sait que les judeo-chrétiens ont tout fait pour s’en écarter et la dévaloriser ! ( voir à ce sujet notre série d’articles sur la naissance du christianisme)... c’est cela l’Eglise mes amis ! [2]


Voir en ligne : Le texte de l’évangile de Judas ( en anglais) format pdf


[1on note içi l’influence gnostique

[2Le documentaire sur "L’évangile selon Judas", qui raconte l’histoire de ce manuscrit de sa découverte à son authentification, sera diffusé en France par la chaîne par câble et satellite National Geographic, puis par France 5, a-t-on appris vendredi auprès des chaînes.

Le National Geographic a annoncé jeudi l’authentification de ce manuscrit en papyrus datant du IIIe ou IVe siècle et contenant la seule copie connue de l’Evangile selon Judas, du nom de l’apôtre qui a trahi Jésus.

Le documentaire, produit par National Geographic Television et préacheté par France 5, sera diffusé dimanche 9 avril à 20h45 en première mondiale sur la chaîne par câble et satellite, National Geographic Channel. Il sera ensuite rediffusé samedi 15 et jeudi 27 avril à 20h45.

France 5 sera la première chaîne hertzienne à diffuser ce document exceptionnel dimanche 16 avril à 15h30 et samedi 6 mai à 23hOO.

Selon le professeur Rudolf Kasser, à qui a été confié le travail de restauration, d’analyse et de traduction du document, le film reconstitue "le puzzle le plus complexe jamais créé par l’histoire", a précisé France 5. Il retrace la découverte, la restauration et la traduction de ce manuscrit de 25 pages en papyrus, écrit en copte dialectal et datant du 3ème ou 4ème siècle, jusqu’à son authentification.