Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Là où seule la musique permet d’aller... > Quels c..s !

Là où seule la musique permet d’aller (Nouvelle série)

Quels c..s !

vendredi 18 juin 2010, par frere francois, Jess, Nat et Nico

°

Ils avaient travaillé dur
sueur et boue
humiliation souvent

Ils avaient pris des boulons plein la gueule
respiré du grisou, de l’acétylène, du lacrymogène
récolté des coups de matraques
passé les nuits blanches des piquets de grève
accompagné les braseros...

Ils en avaient vu mourir avant l’âge
de silicose, d’amiante , de radiations
ou d’un plomb pendant les guerres coloniales
ou sous les coups des patrons

°

°

Les levers au matin clair ou dans la nuit noire
la chicorée en guise de café
et une patate le soir c’était pour eux
comme la paye de misère

Quand il y en avait un peu plus c’était pour les gosses
eux au moins ils seraient heureux
travailleraient moins ...grâce à leurs efforts à eux
pour produire...remonter la terre et les murets qui s’éboulent
se priver, se sacrifier pour eux !

Ils avaient le dos cassé , des phalanges manquaient souvent
mais ils étaient fiers...

°

°

http://www.youtube.com/watch?v=70bTHC8aolM&playnext_from=TL&videos=ZvavpEG7vcQ

°

lls avaient résisté à l’ennemi...aux "autres"
à ceux qui proposaient une société d’inégalité
ou certaines races seraient mises au panier
tandis que empiffreraient les seigneurs
les blonds au regard d’aigle et à la peau glabre

Pourquoi ?...est-ce si beau ?

Ils savaient aussi que leur pères s’étaient révoltés,
ils étaient entré en résistance
pas pour eux...

pour leur descendance...

°

°

Leurs pères avaient pris la bastille
avaient donné leur sang à l’Europe entière
leur souffle de liberté
d’égalité et de partage

et n’avaient pas accepté la perte de cette identité

Alors
à force de fierté, d’adaptation
ils étaient devenu la patrie des arts et des lettres
une terre d’asile
la terre de liberté ou il faisait bon vivre
et ils étaient nombreux à venir reprendre souffle
"Touche pas à mon pote "
dans ce pays où la langue savait chanter
où si l’on savait râler
l’humanisme et le savoir vivre l’emportaient toujours
autour d’un bon repas d’une bonne bouteille
symboles de la culture de la convivialité

°

°

Mais le mildiou était toujours là
qui veillait

mais ils ne savaient pas qu’au creux d’une génération libertaire
ils avaient engendré une horde de cons...
des technocrates aux idées revanchardes
issus des mêmes moules
des mêmes écoles, de la même bêtise
d’un égoïsme acharné

Qui s’empressèrent de tout vendre
de tout lâcher sans rien dire
et de tomber à genou
devant la possession et le fric

Englués dans leur lâcheté, leur je m’en foutisme
leur égoïsmes comme naguère celui des aristos
concupiscents de ce qui se faisait "ailleurs"
sans se douter un seul instant que c’étaient eux qu’on regardait !

°

°

Alors tout fut abandonné :35 heures, liberté, justice, pardon, idées , retraite,culture, droit de grève, service public
sécurité des soins, éducations,liberté, égalité, fraternité
la démocratie ( la vraie !...pas la parodie actuelle, les élections ( dont on ne tient plus compte ou que l’on fait refaire à sa guise jusqu’au résultat voulu !
l’honnêteté, la franchise, la parole donnée, le sens de la responsabilité et de l’engagement
tout...ils ont tout vendu de l’héritage de leurs pères [1]

jusqu’à leur identité nationale...fondue désormais dans le moule des puissances conservatrices et guerrières
les seules qui la poursuivent aujourd’hui et ont osé utiliser sans vergogne la bombe atomique...parce que c’était sur des Asiatiques !!!
tout , ils ont tout vendu, y compris leur dignité et leur honneur d’être humain : le courage de dire non, ça suffit ! , démission !!
sous la houlette d’un nabot
prisonnier lui du paraître et de ses amis friqués...et autres marchands d’armes !!!

Ils ont même encouragé la délation !

Ruinant les générations de l’effort et de l’espoir
pour mieux s’enchainer comme les chiens au collier des riches et des aristos...
vous savez ceux qui n’existent que parce que papa ou le grand papa était là
et qu’ils ont eu l’effort de supporter une famille bornée

sans idées ni inspiration aucune...

°

°

Ainsi donc la société de Vichy est revenue:plus raciste et policière
exclusive et hypocrite que jamais
pour tous ceux qui n’ont pas de rides ni de poil blanc
ni la peau de la même couleur

Travaillez jusqu’à la mort ...cela ne vous rendra ni libre, ni intelligent ,
ni heureux
Essayez d’accumuler du fric : vous n’y arriverez pas
Produisez, polluez et crevez...

Quel beau programme que celui des lâches quand même...

ha j’oubliais... une petite guerre de temps en temps...histoire de crever plus vite...

C’est beau la conscience humaine !

des cons !

°

°

Le 18 juin 1940 une homme osa se dresser contre les forces de résignation et de soumission pour faire souffler à nouveau le vent de l’Espoir : Charles De Gaule

Son texte est toujours d’actualité !

Texte de l’appel du 18 juin

"Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.
Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s’est mis en rapport avec l’ennemi pour cesser le combat.

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés(...)

Mais le dernier mot est-il dit ?
L’espérance doit-elle disparaître ?
La défaite est-elle définitive ? Non !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. (...)

Cette guerre n’est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n’est pas tranchée par la bataille de France.
Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n’empêchent pas qu’il y a, dans l’univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis.

Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j’invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j’invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d’armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas.

Demain, comme aujourd’hui, je parlerai à la Radio de Londres."

Nous ...c’est le bulletin de l’Ermitage !

°

°

°

°

http://www.youtube.com/watch?v=qGjaE0mnRoE&playnext_from=TL&videos=jPasy7DedA8

°

°

Bon WEnd quand même !

ff+ Jess et les Loupiots


Voir en ligne : Notre Channel sur You Tube


Nouvelle série ? ...à cause des stupides "censures" et autres "suspensions" de You Tube qui ne respectant pas le "droit à citation" nous oblige à reposter ! [2]

Réagir, interroger, contester : vous le pouvez bien sûr ! Il suffit de nous écrire à rmitte@free.fr . On répond toujours !


[1à titre d’exemple voici les mensonges sur le problème des retraites :

Contre le plan Sarkozy – Fillon de pillage de nos retraites
17 juin 2010 – 11:31

Ce sont les meilleures années de notre retraite qu’ils veulent nous voler !

Le gouvernement Sarkozy après un semblant de concertation qui avait surtout pour objectif d’amuser le tapis en attendant le début de la coupe du monde de football vient de faire connaître son verdict.

C’est bien à la pire, la plus dure contre-réforme d’Europe sur les retraites à laquelle nous sommes confrontée.

Cette contre-réforme essaie de nous imposer 5 reculs sans précédents

1- L’âge légal de la retraite est porté à 62 ans en 2018. Cette augmentation se fera au rythme de 4 mois par an pour les générations nées entre 1951 et 1956. A partir de la génération née en 1956, l’âge légal sera de 62 ans.

2- Ce relèvement de deux ans de l’âge de la retraite s’étendra à tous les régimes. Ceux qui pouvaient encore partir à 55 ans ne le pourront plus qu’à partir de 57 ans.

3- L’âge du taux plein (sans décote) est porté à 67 ans.

4- La durée de cotisations s’allonge dans le privé comme dans la Fonction publique pour atteindre 41,5 annuités en 2020.

5- Le taux de cotisation des fonctionnaires augmentent de 7,85 % à 10,55 % en 2020.

Les mesures présentées comme permettant d’assurer une « réforme juste » sont dérisoires

Le rôle de ces mesures est uniquement de servir d’écran de fumée pour tenter de camoufler les 5 reculs majeurs qu’ils veulent nous imposer

Le dispositif de « carrières longues » constitue une double régression par rapport au dispositif mis en place en 2004

Alors que le dispositif de 2004, permettant de prendre une retraite anticipée à ceux ou celles qui avaient commencé à travailler très tôt avait bénéficié à 100 000 salariés par an, celui prévu par le gouvernement ne concernerait que 50 000 salariés en 2011.

Les salariés qui, dans le précédent dispositif pouvaient partir à 56, 57, 58 ou 59 ans ne pourront plus partir avant 58, 59 ou 60 ans.

Le dispositif de « prévention et de compensation de la pénibilité » est un chef d’œuvre de culot et d’hypocrisie

Le gouvernement ne manque pas de culot. Alors que la droite a supprimé la visite médicale annuelle obligatoire pour les salariés et que le gouvernement veut en finir avec toute forme d’indépendance de la médecine du travail, il ose parler de « prévention ».

L’hypocrisie est totale dans la prétendue prise en compte de l’usure individuelle « au cas par cas » !

Dans les chiffres d’abord : seulement 10 000 salariés par an serait concernés.

Qu’est-ce, ensuite, que ce « carnet de santé individuel » du salarié ? Un système de flicage à vie, nuisant au droit à l’emploi ?

La possibilité d’une retraite à 60 ans sera examinée au cas par cas. Mais qui décidera et sur quel critère ? Où commencera l’usure : au genou, au dos, aux poumons pleins de poussière ? Avec un seul poumon atteint, faudra-t-il encore continuer à travailler ? Honte à Sarkozy et Woerth : la retraite quand on est à la veille de la mort, fichu, usé, au cas par cas, quand l’espoir est perdu ! Ils n’ont jamais tenu un marteau piqueur en main à 55 ans ni connu le stress à France Télécoms !

Un nivellement par le bas du public sur le privé

Le nivellement par le bas commencé en 2003 continue.

L’alignement du taux de cotisation des fonctionnaires (7,85 % actuellement) sur celui des salariés du privé (10,55 %) ne profitera en rien aux retraités du secteur privé. Il n’y a pas de système de vase communiquant entre les deux régimes de retraites et contrairement à ce qu’affirme le gouvernement ce ne sont pas les caisses de retraites des salariés du privé qui financent les retraites des fonctionnaires.

La seule conséquence de cette augmentation sera de ne pas augmenter la contribution de l’Etat. Les sommes ainsi épargnées ont une destination toute désignée : payer les intérêts de la dette publique dus aux rentiers.

Une attaque délibérée contre l’emploi des jeunes

Le gouvernement fait grand cas de la possibilité de valider 6 trimestres (au lieu de 4 aujourd’hui) au titre de la première période de chômage.

C’est dérisoire alors que le chômage ne cesse d’augmenter (en particulier celui des jeunes) et que deux trimestres de plus ne pèsent pas lourd au regard des 16 trimestres d’allongement de la durée de cotisation entre 1993 et 2020.

C’est dérisoire aussi parce que le gouvernement joue sur les mots et que cette mesure ne concerne pas les jeunes à la recherche de leur premier emploi mais seulement ceux qui ont déjà eu un emploi et connaissent leur première période de chômage.

C’est dérisoire parce que les mesures gouvernementales obligent le père, la mère, le grand-père ou la grand-mère à travailler jusqu’à 67 ans alors que leur fils, fille, petit-fils ou petite-fille ne trouve pas d’emploi.

Une attaque délibérée contre les retraites des femmes

Le gouvernement fait grand cas, là encore, d’une mesure tout aussi dérisoire : la possibilité pour les femmes en congé maternité d’inclure un trimestre d’indemnités journalières dans le calcul de leur salaire de référence.

Mais les mesures que veut imposer le gouvernement prévoit de porter l’âge du taux plein de 65 ans à 67 ans. C’est une attaque d’une incroyable violence contre les femmes dont 29 % ne parviennent au taux plein (50 %) dans le régime de base des salariés du secteur privé que lorsqu’elles atteignent 65 ans et qu’alors les décotes disparaissent. Avec ce que prévoit le gouvernement, les décotes ne disparaîtront qu’à 67 ans. Que ferons les femmes concernées pendant ces deux années ? Devront-elles attendre deux années de plus pour prendre leur retraite ou partir avant 67 ans ou prendre une retraite au taux de 38 %

Une baisse considérable du niveau des retraites

Selon le Conseil d’Orientation des Retraites (COR), les contre réformes de 1993 (régime général du secteur privé) et de 1994-1996 (retraites complémentaires du secteur privé) diminueront de 20 points, en 2030, le taux de remplacement du salaire par la retraite. Pour un salaire de 1 200 euros, la retraite nette ne sera plus égale à 78 % du salaire net mais à 58 %, soit une baisse du montant de la retraite de 936 à 696 euros.

L’affirmation du gouvernement selon laquelle l’allongement de la durée de cotisation et le recul de l’âge légal n’auraient aucun impact sur le montant des retraites est un mensonge éhonté.

La réforme de 2003 accentue déjà la baisse du montant des retraites. En effet, 6 salariés du secteur privé sur 10 ne sont plus au travail lorsqu’ils prennent leur retraite. Ils sont au chômage, en maladie ou en invalidité. La fiction gouvernementale qui veut qu’ils aient le choix de continuer à travailler pour bénéficier d’une retraite à taux plein n’a aucun sens. Comment continuer à travailler quand on n’est déjà plus au travail

Les nouvelles mesures que veut nous imposer le gouvernement accentuerait dangereusement ce phénomène. Avec un allongement de la durée de cotisation à 41,5 annuités et un recul de deux ans de l’âge l’égal, ce sont 70 % des salariés du secteur privé qui ne seraient plus au travail lorsqu’ils prendraient leur retraite. Le montant de leur retraite ne pourrait donc que continuer à diminuer

85 % des mesures du gouvernement financées par le salariat

Pour le gouvernement, le financement des mesures qu’il veut nous imposer serait parfaitement équilibré. Les hauts revenus, le capital, les entreprises participeraient dans les mêmes proportions que les salariés à leur financement.

Il suffit de lire ses propres chiffres pour constater à quel point cette affirmation du gouvernement est fausse.

Les « mesures d’âge » imposées aux salariés (93 % de la population active) rapporteraient 20,2 milliards en 2020. Le nivellement par le bas imposé aux fonctionnaires rapporterait, quant à lui, 4,9 milliards d’euros à la même date. 1,4 milliard d’euros seraient transférés des caisses d’assurance-chômage aux caisses de retraites malgré la modicité des indemnités perçues par la grande majorité des chômeurs. Au total, la contribution des salariés et des chômeurs s’élèveraient à 26,5 milliards d’euros.

La contribution des hauts revenus, du capital et des entreprises s’élèverait en tout et pour tout à 3,7 milliards d’euros en 2020.

Voilà ce que le gouvernement de Nicolas Sarkozy appelle un effort équitablement réparti.

La participation des hauts revenus, du capital et des entreprises ne constitue qu’une diminution d’une toute petite partie de leurs avantages fiscaux ou sociaux

Le taux de la tranche supérieur de l’Impôt sur le revenu sera porté de 40 à 41 %. Au milieu des années 1990, ce taux s’élevait à 57 % !

L’augmentation de la taxation des stock-options ne fera qu’amener cette taxation au même montant que celle des salaires.

Les plus values de cessions d’actions et d’obligations seront taxées dans l’impôt sur le revenu.

L’exorbitant crédit d’impôt sur les dividendes perçus par les actionnaires sera supprimé.

Une nouvelle méthode de calcul des exonérations sociales sur les salariés payés entre 1 et 1,6 SMIC (un autre cadeau fait au patronat et nullement remis en cause) devrait rapporter 2 milliards d’euros …

Les recettes nouvelles sont illusoires

La taxation des hauts revenus, du capital et des entreprises constituent des recettes fiscales.

A la différence des cotisations retraites, ces recettes ne sont pas affectées obligatoirement au financement des retraites. Demain, le Parlement pourra fort bien décider que ces recettes soient affectées à tout autre chose. Au remboursement de la dette publique par exemple.

L’interrogation sur le sort réservé à l’impôt collecté lors du « lundi de Pentecôte » ne peut que renforcer notre méfiance

Cette contre réforme est inacceptable : mobilisons nous massivement et nous obligerons le gouvernement à la retirer

Cette contre réforme est celle voulue par le Medef. Jusqu’au bout le gouvernement a refusé d’augmenter les cotisations retraites patronales.

Il n’hésite pas à augmenter les cotisations retraites des fonctionnaires de 0,27 point par an (et donc de baisser d’autant leur salaire) mais décide qu’il est impossible d’augment du même montant les cotisations retraites patronales. Pourtant, cette augmentation annuelle permettrait, en 40 ans, d’équilibrer nos régimes de retraites.

L’argument avancé, la compétitivité des entreprises n’a aucune portée. Il suffirait, en effet, de compenser l’augmentation des cotisations retraites patronales par une diminution des dividendes, passés de 3,2 % du PIB en 1982 à 8,5 % en 2009. Cela serait d’autant plus bénéfique que non seulement ces dividendes ne servent à rien puisqu’ils sont versés aux actionnaires et ne participent pas au financement des investissements productifs des entreprises. Mais, ils sont, au contraire, nuisibles puisque toutes ces sommes improductives vont gonfler les bulles financières ou immobilières et spéculer contre les dettes publiques, la dette française comme les autres.

Il ne reste donc plus qu’à nous mobiliser dans l’unité la plus large pour mettre des millions de salariés, jeunes, retraités, dans la rue, le 24 juin, en septembre, en octobre s’il le faut, pour obliger ce gouvernement à abandonner cette attaque scélérate contre nos retraites.

On peut, on doit, on va forcer ce gouvernement à reculer : 60 ans à taux plein pour toutes et tous, pas un an de plus, pas un euro de moins pour nos retraites. !

La France est riche et les richesses si elles sont partagées peuvent permettre de garder tous nos droits à lé retraite.

Jean-Jacques Chavigné – Gérard Filoche

Le 16 juin 2010

[2un droit à citation qui est pourtant reconnu internationalement n’en déplaise aux faiseurs de fric sur le patrimoine artistique qui est le bien de tous."Copyright Disclaimer Under Section 107 of the Copyright Act 1976, allowance is made for "fair use" for purposes such as criticism, comment, news reporting, teaching, scholarship, and research. Fair use is a use permitted by copyright statute that might otherwise be infringing. Non-profit, educational or personal use tips the balance in favor of fair use."

Messages

  • Bonjour à vous qui êtes dans les frimas... de l’été.

    Quelques citations en guise de commentaire de votre texte.

    "Celui qui assiste muet, assiste le mal" Victor Hugo

    "Agir sans savoir c’est dangereux, savoir sans agir, c’est criminel." Dominique Pire, Nobel de la Paix

    " Vivons simplement afin que d’autres puissent simplement vivre" Gandhi

    "Quand on a peur on n’est pas libre. Quand on est libre on fait peur...L’autorité n’aime pas les gens libres... Les gens libres il faut les faire taire. (cf. Jésus et tant d’autres...) Jacques Gaillot

    Très belles musiques, notamment le Moscow boys’ choir dans votre bulletin. Libera commence a devenir un peu "commercial" vu leur succès.

    J’ai pensé à vous la semaine passée. J’étais dans les Cévennes, aux Abeillères, lieu de retraite tenu par la Fraternité des Veilleurs ( fondée par Wilfred et Théodore Monod). cf photo. C’est loin de tout. On était dans la froid et la pluie, en moins rude que chez vous. Je travaillais à l’accueil et à la cuisine.
    On y reçoit des personnes qui viennent faire retraite pendant quelques jours, mais aussi des cabossés de la vie, sortis de prison ou de la drogue ou dans une grande douleur, comme cette grand-mère dont le petit-fils s’est suicidé à l’âge de 15 ans. Beaucoup d’écoute alors, même si les journées se déroulent en silence.

    Etait-ce un mirage ou ma mémoire qui flanche, mais il me semblait que Jess se présentait quelque part sur votre site comme homo et fier de l’être. Je ne retrouve pas. Mais si c’est bien ça, je voulais lui dire toute mon admiration de voir un ado qui accepte avec autant de maturité sa sexualité. (Ceci contre les religieux ou l’extrême droite qui disent que ça ce soigne !) D’habitude, à cet âge, on se cache et on souffre en silence. Hétéro, je suis souvent en conflit avec les chrétiens qui essaient de me prouver, bible en main, que l’on ne peut pas être chrétien et homo. Pour moi, ils ont mal lu le message du Christ. Comme dit Loisy, " le Christ a annoncé le Royaume et c’est l’Eglise qui est venue."

    Un abrazo a todos.

    Denis

    • Merci ami pour cette réaction toujours bienvenue...

      Oui cela doit être bien les Abeillères...d’ailleurs Monod est un de mes maîtres à penser...biologiste comme je l’étais aussi je le comprends "par le dedans" ainsi que sa passion pour le monde végétal qui sont loin d’être de "simples herbes !"

      Oui nous sommes en contact avec cette chorale de Moscou qui souhaite venir en Europe...mais se contente d’en rêver faute d’argent. Je pense que quelqu’un pourra les aider... ils sont très sympas et talentueux

      En fait Jess se sent "bi" et comptait faire un grand "coming out" sur son passé de petit prostitué et toxico... depuis l’âge de 5 ans ( un peu comme dans le film : le livre de Jérémie de Asia Argento je ne sais si vous connaissez)...et puis ce projet a été abandonné...car il n’est pas mûr...et le net peut-être pas encore prêt non plus à accepter ce genre de déclaration ... ( surtout avec le flicage à la Française !)

      Quand je l’ai rencontré il se définissait comme une "petite pute à Sida !" une manière de se défendre et de faire fuir les autres... lui l’hypersensible qui avait trop mal à chaque déception...
      et notre relation s’est établie sur l’acceptation de cet état et l’aveu d’être moi aussi "bivoltage" ( eh oui les ermites ont un sexe !)et d’en faire une acceptation commune qui serait notre spécificité et notre fierté ( plus d’autres petits secrets et blessures qui nous sont communs et fondent notre amitié pour la vie !)...au lieu de chercher d’inutiles "vengeances"....

      Depuis... plus de désirs suicidaires... ni d’auto mutilations... ni de honte de son corps trop souvent recousu ni de ses cicatrices... et mais un ado qui a su préserver sa très grande sensibilité, ses talents et aime à se donner aux autres ... "ceci est mon corps... ceci est mon sang..." c’est au départ une formule très concrète... avant d’être sacralisé ou théorisé... pourtant c’est ce que souvent les autres auraient le plus besoin ! ( même si sa séropositivité impose quelques limites)

      Cela implique aussi un certain retrait de "ce" monde judeo chrétien qui n’accepte plus cet essentiel et en crève...et c’est pourquoi nous accueillons rarement ( sauf celui qui passe, arrivant à nous trouver et frappe à notre porte)...mais nous allons souvent "sur la place du marché "au contact des autres"..."au contact de la vie et de sa diversité .

      Un autre film est très beau ( me conseille-t-il lui le cinéphile) et bien dans cette mouvance des "corps retrouvés et acceptés" c’est "Théorème" de Pasolini... un autre grand témoin de ce message dont le Nazaréen vivait... un messager qui arrive a guérir une famille "bloquée" bien que fortunée... simplement en se donnant à chacun de ses membres...

      Je ne sais si Jess donnera suite à son projet...pour lui le net est inutile à sa mouvance spirituelle désormais.. .Quand je ne serais plus je pense qu’il partira loin dans les montagnes ou sur les mers pour se fondre anonyme dans la masse des gens et vivre de leurs rencontres... tel est son idéal d’ermite... ermite errant si sa santé le permet...

      Nico, Nat, Brenda...et tous nos amis animaux ont leur façon à eux de vivre de cet idéal d’intériorité et de vérité d’être selon leur mode propre... un jour il faudra bien que je prenne le temps de vous en parler aussi...

      ...mais chaque chose en son temps !

      Merci Denis de votre lettre qui permet de le préciser

      Amicalement

      ff+