Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Là où seule la musique permet d’aller... > Carême 2009 > En ce Mardi saint

Semaine Sainte 2009

En ce Mardi saint

Ce dont on ne parle jamais lors des sommets mondiaux de l’autosatisfaction

mardi 7 avril 2009, par Jess, Nat et Nico

Le Carême est terminé ... c’est la semaine sainte ...
pardon de vous avoir fait "faux bon"...mais on était trop fatigués à cause de notre maladie... notre croix à nous...
Rassurez-vous on vous offrira la fin de la passion selon St Matthieu demain en guise d’introduction à la lente montée vers Pâques...
et puis on vous accompagnera en vous offrant les moments les plus forts du jeudi, vendredi et samedi saints : les offices de nuit , les offices de ténèbres qui sont de vrais bijoux à méditer si vous le pouvez dans le fond de la nuit....

Aujourd’hui on dédie notre méditation à la nature.... elle en a bien besoin....

°

°

Sur la Terre de nos ancêtres, 80% des forêts anciennes ont déjà été rayées de la carte par la main de l’homme.

Et ce n’est pas fini : Un stade de football de forêts tropicales se volatilise toutes les 3 secondes sous les dents des tronçonneuses.

Dans le grand Nord, des gens lâches assassinent des bébés phoques par dizaines de milliers et les dépècent vivant sur la banquise. Non pas pour les manger, mais pour faire commerce de leur fourrure immaculée.

Il ne reste actuellement que 250 individus sauvages de l’espèce Gorilla Gorilla Diehli. Nos cousins hominidés.

Une centaine d’espèces de plantes et d’animaux disparaissent chaque jour sur Terre à cause de l’homme.

Une espèce toutes les 18 minutes !

°

°

Sur la même scène, un être humain meurt de faim toutes les 4 secondes. 25000 chaque jour !

1 bon milliard crie famine, tandis que d’autres jettent à la poubelle 50% de la nourriture qu’ils achètent au supermarché. Hébétés, des enfants squelettiques les regardent en suçant des galettes d’argile pour tenter d’apaiser la faim qui les tenaille.

Il y a 6,7 milliards de locataires humains. Et ça continue : 200000 personnes de plus sont à héberger chaque jour. Compte tenu des décès. Ils sont aussi affamés que les autres.

Les forêts vierges deviennent les meubles des nantis et sont remplacées systématiquement par des pâtures à bovins ou des agro carburants transgéniques, qu’on compte substituer petit à petit au pétrole. Dont la fin est programmée pour dans 40 petites années.

Et dans la foulée la fin de tous les métaux et ressources fossiles qui font la gloire de la dite "civilisation" industrielle.

Dans l’ordre : le terbium, le hafnium, l’argent, l’antimoine, le palladium, l’or, le zinc, l’indium, l’étain, le plomb, le lithium, le tantale, le cuivre, l’uranium, le nickel, le pétrole, le platine, le gaz naturel, le fer, le cobalt, l’aluminium, et en bon dernier le charbon (dommage pour l’atmosphère !)

Que feront les milliers et les milliers de générations futures si nous les privons absolument de tout ?

De plus : Le nombre d’animaux incarcérés leur vie durant et tués chaque année pour la boucherie atteindra 100 milliards en 2020. Soit plus du double que le nombre actuel.

Le tout avec pour décor 9 milliards d’homo sapiens sapiens à l’horizon 2050. Et un emballement du réchauffement climatique, dû à la pollution humaine et dont on ne connait pas encore l’issu, de toute façon exterminatoire.

Que se passe-t-il donc sur la planète bleue ? Pourquoi cette spoliation ? Pourquoi ce saccage ? Qu’est-ce qui justifie ces meurtres en série ?

Pourquoi cette prolifération monstrueuse au détriment de tout ce qui vit ? La vie n’est-elle pas un cadeau ? N’a-t-elle pas droit au respect qu’elle mérite ? Et notre espèce, malgré Beethoven, Baudelaire, Einstein, Pink Floyd, Coluche, malgré tous les autres, malgré les milliards de petits moi, malgré chacun de nous, notre espèce est-elle digne de ce respect ?

°

°

Pourquoi nous endort-on en passant sous silence ces informations fondamentales ?

Parce qu’ici-bas, seul l’argent compte. Le gain immédiat. Le profit à tout prix. Le fric est devenu le prince de la Terre, le maître de l’humanité, lui qui n’est que papier qui brûle. Fugitive illusion.

Lui et sa poignée de sbires : Monsanto, Total, Exxon Mobil, Shell, Chevron, BP, Conoco Philips, Toyota etc... tous passagers de 1ere classe à bord de ce navire écervelé qui fonce droit sur un iceberg, à 700 mètres par minute.

Alors, qu’en pensez-vous ? Sommes-nous alarmistes ou réalistes ?

Et comme le dit Tiago (15 ans) : "...et si c’est ça qu’on appelle "l’Humanité" je préfère encore faire partie des insectes"

Réflexe salutaire : réveillons-nous ! Il n’est peut-être pas trop tard !

C’est en fait maintenant ou jamais !

L’homme est comme l’enfant qui sort du ventre de sa mère. S’il la tue, qui le nourrira ? La Voie lactée ?

C’est bien beau tous ces chiffres, mais concrètement que puis-je faire dans ma vie de tous les jours ?

Source : http://terresacree.org

Le monde est en crise

C’est du moins ce que l’on peut lire en première page de tous les journaux de la planète. Les Bourses dégringolent et les petits épargnants voient leurs économies fondre. Pour sauver un système économique artificiellement gonflé, on est même allé puiser dans les poches des contribuables pour tenter de sauver un système financier qui favorise une minorité, pour sauver Wall Street. Mais, on le sait, une crise financière n’est jamais éternelle.

Ce qui descend remonte, inévitablement. à terme, tout redevient normal, et la consommation peut reprendre son rythme de croissance. Une crise financière n’est pas éternelle.
Pendant que les journaux nous inondent de scénarios catastrophe au sujet de la future récession, une autre crise se dévoile sous nos yeux sans que les gens s’en inquiètent outre mesure. Pourtant, cette crise sera irréversible, et tout l’argent de la planète n’arrivera pas à ramener à la vie les espèces qui disparaîtront par simple insouciance. Je parle évidemment de la crise de la biodiversité. L’ampleur de cette crise est sans précédent. Selon le réputé magazine Science, de 25% à 36% de toutes les espèces de mammifères de la planète seraient en danger d’extinction. Des centaines d’espèces de mammifères risquent de disparaître durant notre simple passage sur cette planète. Et, faut-il le rappeler : l’extinction, elle, est pour toujours !

Jean Lemire (La Presse)

Lire la suite sur : http://www.cyberpresse.ca/

°

°

La savane africaine désertée par les éléphants, une banquise arctique sans ours polaires, des orangs-outans condamnés à vivre en captivité car leur milieu d’origine ne leur serait plus favorable... Tel pourrait être le monde de demain, décrit par un nouveau rapport publié par le WWF.

Ce document, consacré aux conséquences potentielles du changement climatique sur certains des animaux les plus emblématiques du bestiaire terrestre, s’appuie sur les travaux scientifiques les plus récents.

Sa lecture est troublante : on y apprend que 90 % de la grande barrière de corail australienne pourrait avoir disparu en 2050, tandis que les manchots Adélie peuplant l’Antarctique verraient leurs populations décroître de 70 %.

Les ours polaires disparaîtraient totalement de leur milieu naturel d’ici la fin du siècle tandis que tigres, kangourous, grands singes, baleines et dauphins, tortues marines ou albatros subiraient un sort semblable : celui d’un effondrement de leurs populations et d’une érosion substantielle de la faune et de la flore qui peuplent leurs habitats.

Comme le rappelle le WWF dans un communiqué, "personne ne souhaite être témoin d’une hécatombe de cette ampleur". L’année 2009 s’achèvera en décembre à Copenhague sur la conclusion des négociations climatiques menées dans le cadre des Nations unies. Peut-être sera-t-elle l’année du changement de cap, celui-là même qui permettra de sauvegarder tous ces animaux emblématiques, pour ne citer qu’eux.

Source : http://www.maxisciences.com/

°

°

La débâcle du monde : Quelles sont nos chances pour survivre ?

13 mars 2009 : Les chercheurs évaluent l’empreinte écologique d’Homo sapiens en hectares terrestres. L’Ocde en donne cette définition : "La mesure de la superficie biologiquement productive nécessaire pour pourvoir aux besoins d’une population humaine de taille donnée."

Nous avons largement dépassé notre quota, globalement. La Terre ne peut aujourd’hui offrir que 1,78 hectare global par habitant. Or, la consommation mondiale actuelle exige 2,23 ha productifs. Et les calculs montrent que si l’ensemble de la population humaine adoptait aujourd’hui le mode de vie des Européens et des Américains - voitures, eau chaude à volonté, viande chaque jour, énergies fossiles à la demande..., il lui faudrait disposer en surface de quatre à cinq planètes Terre. Nous sommes donc avertis, nous épuisons les ressources annuelles de la Terre plus rapidement qu’elles ne se constituent.

La suite de l’article sur : http://www.agoravox.fr/

Saviez-vous qu’en 1969, il y a 40 ans donc, une pile à hydrogène (appelée alors "pile à combustible") équipait déjà la capsule Apollo 11, qui a permis à l’homme de poser ses grosses pattes sur la Lune ?

"Un pas de géant pour l’humanité" a déclaré Neil Armstrong en direct aux spectateurs figés devant les petits écrans, ayant vaguement l’impression -allez savoir pourquoi !- que la scène avait été tournée dans un studio de la Nasa ?

Si, de nos jours, la technologie de cette pile à hydrogène n’est pas encore répandue sur le plancher des vaches, c’est essentiellement parce que les grands magnats du pétrole et leurs acolytes, en ont racheté la plupart des brevets.

La nouvelle peinture solaire, composée d’un alliage entre un polymère organique et des "boîtes quantiques" [1], la peinture miracle donc subira-t-elle le même sort que la pile à hydrogène ?

Ce serait vraiment dommage, parce qu’un simple coup de pinceau sur le toit de votre maison et -hop !- vous avez de l’électricité à gogo.

Bien sûr, si les magnats du pétrole ou leurs acolytes n’ont pas déjà débarqué chez Ted Sargent, l’inventeur de cette technologie prometteuse, professeur à l’université de Toronto au Canada, avec un semi-remorque plein à craquer de dollars, il risque fort d’y avoir des polémiques concernant ce badigeon salvateur, puisqu’il fait appel aux nanotechnologies.

Mais, soyons justes, ces dernières ne posent problème que lorsqu’il s’agit de les introduire dans l’agriculture ou dans nos assiettes, sans en avoir en plus évalué auparavant les risques sur une dizaine d’années, comme c’est déjà le cas actuellement et comme le dénoncent les Amis de la Terre, le 15 mars 2008, dans un rapport intitulé "Nanotechnologies : chronique d’une invasion programmée".

Pardon ? Vous avez dit que nous étions fous ?

Mais n’est-ce pas vous, oui vous, qui vous remplissez les poches sur le dos des pauvres gens ? Qui transformez cette Terre en un vulgaire paradis fiscal pour votre usage égocentrique ?

Vous, oui vous, qui obligez tout le monde -ni vu ni connu- à vous suivre comme de malheureux moutons n’ayant guère d’autres alternatives que de participer passivement au saccage systématique de cette jadis belle planète vivante, encore riche de 5 à 30 millions d’espèces.

Nous dérangeons ? Nous sommes tous dérangés alors ! Vu notre nombre, nous devenons gênants ?

Alors brûlez-nous ! Atomisez-nous avec votre arsenal ! Après tout nous ne sommes que du fuel pensant !

Et qu’on en finisse avec cet ancien paradis terrestre !

Une bonne fois pour toutes !

Il y en a tant d’autres ailleurs...

Michel Walter

Source : http://terresacree.org/magnatsdupetrole.html

°

°

Bonne méditation ...et à demain !

Les loupiots and Co


Voir en ligne : Notre Channel sur You Tube


Réagir ou écrire c’est possible ! Il suffit de nous écrire à rmitte@free.fr


[1Boîte quantique : alors que dans un cristal classique, les atomes sont éloignés les uns des autres, dans une boîte quantique ils sont tellement rapprochés que leurs électrons ne peuvent plus se déplacer librement. Les boîtes quantiques fonctionnent donc comme des semi-conducteurs, ce qui intéresse l’industrie électronique.