Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Humour > Une nouvelle passion ...pas très catholique

HUMOUR

Une nouvelle passion ...pas très catholique

Le Poker : un nouvel outil pour la nouvelle évangélisation

mercredi 26 avril 2006, par frere francois

De toute évidence, la catholicie ( qui est comme on le sait en pleine période de nouvelle évangélisation) s’enthousiasme pour un jeu de cartes : Le Poker, dont elle abrite depuis fort longtemps de grands joueurs professionnels qui ont l’art de rester très discrets sur ce divertissement si utile à leur équibre personnel et financier.

Tel est le cas entre autres de Mgr Commerçant alias "le roublard" qui aime à proclamer depuis les iles Vierges où il passe généralement la moitié de l’année en une retraite dorée sous couvert d’une mission évangélique et apostolique pour le diocèse de Valence qu’" il faut trois secondes pour l’apprendre mais une vie pour le maîtriser". Et ce dernier d’ajouter "et actuellement on assiste à un véritable raz de marée."

Joueur de poker confirmé et classé... et nonobstant président de l’association Catho Poker reconnue par le Vatican, le prélat émérite de Valence avance ses preuves. " Il y a deux ans, en France, on comptait 6 000 joueurs déclarés membres de l’ECAR. Aujourd’hui, on a dépassé les 100 000.

Sur le Catho poker-tour, championnat inter-diocésain des joueurs de poker, on a eu, l’an passé, 300 participants. Cette année, on en a entre 1 500 à 2 000, plus 7 000 sur Internet....les 2/3 avec certificat de baptème !...de là à en faire un nouvel outil de nouvelle évangélisation !

"C’est vrai, les règles du poker sont simples et évangéliques.
En tout, huit combinaisons, de la paire (deux cartes identiques...propre à encourager le mariage religieux) à la quinte flush (cinq cartes de la même couleur qui se suivent....ce qui évoque à merveille le symbole de la succession apostolique...et incite à avoir une famille nombreuse !)" ....

"Et puis, tout l’art du poker réside dans la capacité du joueur à "bluffer" son adversaire, à lui faire croire qu’il dispose d’une main supérieure à la sienne, à l’inciter à renoncer ou à surenchérir. Des vertus d’Eglise que l’on peaufine depuis toujours ( en autres choses plus indécentes) dans les séminaires ou les salles de caté...et qui marche depuis des siècles !"

" Tout se joue sur la concentration, la patience, la dissimulation ,l’hypocrisie,la rouerie, la lecture du jeu des "clients", le dialogue qui s’établit entre les joueurs"

Simplicité des règles d’un côté, sensations fortes, frissons, tensions, joute silencieuse, de l’autre ( le combat spirituel réincarné !) : tout comme dans les célébrations ecclésiales ou les rencontres festives paroissiales : le poker a tout pour plaire en ces temps de nouvelle évangélisation et de manque d’inspiration de l’Eglise

"Le Roublard" a commencé à jouer au poker à 10 ans, avec son frère et le Père Chalumeau à l’internat...

"Lassés des plaisirs solitaires ou des tripotages de nuit dans des sanitaires malodorants on organisait alors des parties de Poker-strip torrides à la sacristie ... avec un nombre d’ éjaculations records ! plus de 30 certains soirs ! c’est là que j’ai vu que les aumôniers manquaient d’hygiène et de souffle... et avaient aussi des élévations difficiles...
maintenant c’est plus pareil grâce au Viagra...c’ est quand même plus simple que l’admiration des images pieuses ...ou "la mate" derrière les voiles du confessionnal pour l’inspiration et l’échauffement"

"Après je me suis arrêté quelques années, mais, au séminaire, j’ai repris mes habitudes, et c’est devenu une passion... j’avoue que nous ajoutions la pratique assidue de "petits suppléments" en guise d’enchères..."

En septembre 1993,alors enfin évêque il ouvre une salle privée à deux pas de l’évêché : " je pouvais même m’y rendre pendant les longues célébrations pascales ou de Noêl ...personne ne remarquait alors mon absence"...
Puis même un site Internet pour apprendre à jouer avec de vrais joueurs, lire des interviews de champions, prendre connaissance des prochains tournois ; attirer et fidéliser une clientèle de tous âges... et apprendre à plumer avec soin son adversaire...

"...Les finances du diocèse étaient au plus bas ...il fallait faire quelque chose ...et ne pas attendre que le ciel se charge de bourrer troncs !" ajoute-t-il sans nulle honte.

"Mais depuis quelque temps, tout s’emballe. "au début 2000 j’avais 120 "clients". Trois ans après, j’en avais 1 700." Peut-on parler d’engouement ? Une explosion, oui !"

Aux Etats-Unis où il représente un marché de 7 milliards de dollars (588 milliards d’euros), le poker est un phénomène de masse.

A Noël dernier, la mallette de jetons de poker a été le cadeau le plus offert par les cathos du diocèse et figurait en bonne place à côté de la crèche.

En France, le mouvement est en marche, relayé par les vedettes du show business, les évêques et - ce qui est nouveau - par les chaînes de télévision chrétiennes.

A l’image des stars américaines qui s’affrontent lors de tournois télévisés, religieux et prêtres ...et même les religieuses et les dames du caté revendiquent leur goût pour le poker, jusqu’à l’afficher, eux aussi, sur le petit écran.

Constatant l’émergence du phénomène sur les chaînes étrangères aux Etats-Unis, mais aussi en Angleterre, en Espagne, en Allemagne, et KTOTV ( la chaine de Mgr Lousticgeai aujourd’hui au bord du dépot de bilan ...)pas uniquement la chaîne)...) ont pris l’initiative de diffuser en janvier le Tournoi des as.

Une partie où Mgr Taulard, Mgr Pernod et le Père de la Morve en dés ont affronté la joueuse professionnelle Mère Isabelle "No Mercy" (la Carmélite du net).

Satisfaite des 200 000 téléspectateurs que l’émission a réussi à capter, KTOTV souhaite poursuivre ce programme avec un tournoi des as en cinq parties où s’affronteront joueurs professionnels, stars et membres du clergé anonymes et masqués. "

Le poker, jusqu’à sa finale, repose sur des éliminations permanentes. Ce qui crée une véritable dramaturgie". " Il met aussi en scène des personnages, des gueules, une ambiance particulière. Un tournoi de poker est donc, en lui-même, un spectacle une liturgie...une communion ... une célébration rituelle... et une vraie émission de télévision des plus rentables."

D’autant plus que le tournoi se déroule cette année au tout nouveau Casino d’Ambel : le complexe des divertissement etde nudisme ouvert dans le Vercors par les soins du diocèse et dont Léoncel est la perle avec son moine "bouffon" et exhibitioniste

L’année dernière, KTOTV en association avec "le Jour du Seigneur" et radio Fourvière ont diffusé le tournoi European Poker Tour, le Heads up Poker et le World Poker Tour, avec pour consultant et commentateur, le Père Brunel, chanteur-acteur et champion du monde de poker en 1998 à Las Vegas.

" Nous l’avons choisi parce qu’il est à la fois professionnel et populaire. Il arrive à mettre passion et pédagogie dans l’émission...et c’est quand même plus passionnant que le chemin de croix !",

Et l’argent dans tout ça me direz-vous ?

La mise, qui atteint parfois des sommes considérables, n’est pas anecdotique. "Au contraire", précise l’évêque " L’argent contribue à faire du poker un jeu fascinant et attractif....et apprécié par les plus hautes autorités de l’Eglise.

C’est une notion cruciale, l’enjeu même du jeu....et une vérification évangélique : "méfiez-vous de l’argent trompeur !"

Mais ce qui est bien, et c’est pourquoi tout le monde peut se sentir concerné, c’est que la mise peut être de 5 comme de 5 000 euros." L’argent a contribué à plonger le poker dans un décor de tripot enfumé. La télévision ecclésiale corrige cette image sulfureuse. En abattant les cartes sous les feux de la rampe et les crucifix elle rend le poker accessible à tous.

Et ça marche. ... surtout pour les finances de l’Eglise

Question financement de tous ces tournois Mgr Commeçant se fait plus évasif : "tout ce que je peux vous dire c’est que sans l’octopus dei et Cosa Nostra ces activités nouvelles et évangélatrices n’auraient pu voir le jour..."

L’Esprit souffle où il veut mais l’argent n’a pas d’odeurs...si ce n’est celui de la sainteté mes amis !


***ce texte qui se veut uniquement humoristique et divertissant (certes pas toujours de très bon goût je l’avoue !) sans aucune intention insultante et/ou discriminante envers qui que ce soit est une pure fiction aussi toute ressemblance avec des personnes ou des faits réels existants ou ayant existés serait pure coïncidence et entièrement fortuite ***