Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Jess’s corner > Les méditations du loupiot > La Voie de la Porte

La méditation du moinillon

La Voie de la Porte

par Jess

mardi 4 avril 2006

Cette semaine nous méditerons sur le premier poême du Tao Tö King

UN
La voie que l’on peut définir
n’est pas le Tao,
la Voie éternelle.
Le nom que l’on peut prononcer
n’est pas le Nom éternel.
Ce qui ne porte pas de nom,
le non-être,
est l’origine du ciel et de la terre.
Ce qui porte un nom
est la mère
de tout ce que nous percevons,
choses et êtres.
Ainsi à celui qui est sans passion
se révèle l’inconnaissable,
le mystère sans nom.
Celui qui est habité
par le feu de la passion
a une vision bornée.
Désir et non désir,
ces deux états
procèdent d’une même origine.
Seuls leurs noms diffèrent.
Ils sont l’Obscurité
et le Mystère.
Mais en vérité c’est
au plus profond de cette obscurité
que se trouve la porte.
La porte de l’absolu
du merveilleux.
Le Tao.