Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Humour > Vers l’ordination de non-croyants

Les fruits du Synode des Evêques

Vers l’ordination de non-croyants

une avancée majeure depuis Vatican II

samedi 5 novembre 2005, par frere francois

CITE DU VATICAN (EAP)- le dernier synode des évêques s’est achevé la semaine dernière par la réaffirmation solennelle de l’importance du péché, du dimanche, [1], de la confession et la sacralisation encore plus poussée de l’eucharistie [2] dont sont désormais exclus outre les non catholiques [3], les divorcés, les remariés, les divorcés remariés [4], les non baptisés, les fornicateurs , les partisans de l’avortement , de la contraception, de la sexualité débridé, les gay et les lesbiennes les bi , trans, et tous ceux qui les soutiennent et qui appuient de telles pensées [5], les personnes qui ne sont pas à jour de leur confession , celles qui ne sont pas à jeun, les ermites et les ratons laveurs.
Les femmes elles sont tolérées à condition d’aider à porter et nettoyer les vases saints et les bénitiers,de balayer les lieux de cultes et de procréer abondamment ( et sans plaisir) si possible des prêtres ou des religieux....et des petits garçons bien élevés, graciles et dociles...

" Laissez venir à moi..."

Mais le synode dans un éclair de lucidité surnaturelle inspiré par l’esprit et un jeune matinal a aussi constaté le lent déclin de l’empire catholique lié principalement aux manque de prêtres . [6]

Comment dès lors enrayer la désaffection pour les sacrements et le manque d’assiduité aux offices si ceux-ci ne peuvent plus êtres fournis ou assurés...?

"Et le problème est mondial..." nous a déclaré Mgr Mineth-rat éveque diplomé de Dijon, conservateur ultra-romain proche de MMgr Soldanot, Razesinger et de l’octopus dei : "pas simplement en Europe... mais aussi en amérique du sud et en afrique autrefois viviers de consacrés...
même l’Amérique du nord est incertaine après les scandales que l’on connaît ! ".

Aussi le "panzer-paps’- Fourer Yoseph "a décidé de frapper fort et s’il ne saurait être question d’ordonner des hommes mariés, ni d’autoriser le mariages des prêtres même entre eux et surtout pas d’ordonner des femmes ventres impurs, fétides et vils destinés seulement à mettre bas ou torcher les enfants du caté pas assez beaux pour devenir enfant de choeur ou de coeur, des sources sûres annoncent une première encyclique qui fera date, ouvrant la voie de la prêtrise aux non-croyants.

Ainsi désormais, athées et agnostiques pourront s’ils le désirent accéder au sacerdoce.

Car s’il est véridique ( le pape étant infaillible) que le sacrement de l’ordre est intangible et irrévocable pour l’éternité et ce même si la croyance religieuse d’un prêtre peut varier au cours de sa vie, l’Église considère qu’il reste lié "ad vitam aeternam" par ses vœux et que l’on
reste prêtre même quand on est devenu athée.

Pourquoi dans ces conditions interdire aux incroyants la carrière sacerdotale ?

"Les principes de foi comme la naissance virginale, les miracles, la croyance en l’au delà, la résurrection la présence réelle dans l’eucharistie sont devenues de toutes façons obsolètes, ridicules et inapplicables" renchérit le père Rocheglutte, responsable du Grand Séminaire du Saint-Suplice de Romans.

Par ailleurs "La foi est une conviction intérieure et ne peut faire l’objet ni de décret ni de vérification : on doit de toute façon faire confiance à la parole du postulant : sommes-nous censés passer les séminaristes au détecteur de mensonges ?"

Plusieurs experts pensent que ce texte annonce un changement en profondeur de la doctrine catholique.
C’est aussi l’opinion de Mgr J.Rauh évêque auxiliaire de Lyon surnommé aussi "le caleçon "ou le "cache sexe" tant il est souvent là en doublure de Mgr Barbaresque qui lui préfère l’exhibition publique de ses cuisses ou de ses grands écarts et /ou se livrer aux plaisirs solitaires de l’étude de la sexualité de Tintin dont il est un spécialiste mondial

"Contrairement à ce que croient bien des chrétiens, on peut être à la fois religieux et athée" explique-t-il.
"Des millions de bouddhistes en sont la preuve. Également, les doctrines confucianiste et taoiste permettent aux fidèles de vivre leur religion sans entretenir de croyance en aucun dieu.
Je pense donc que nous allons assister dans les prochaines années à un bouleversement du dogme catholique, qui va ainsi s’adapter au monde moderne en incorporant cette composante de modernité."

Déjà des expérimentations qui vont dans ce sens ont été menées dans le diocèse de Valence : comme à l’abbaye d’Aigrebelle où les moines se sont spécialisés au fil des ans et des déficits dans des produits à base de cannabis et sont autorisés à fumer au réfectoire et à l’office, ou comme l’utilisation de religieux intermittents du spectacle factices pour faire revivre d’anciennes abbatiales comme à Léoncel où un poste de bouffon a été créé pour animer le lieu et dérider les fesses et surtout le porte monnaie du touriste de passage... en s’occupant du supermarché monastique tout en surveillant d’un oeil chassieux les bandits manchots judicieusement placés dans l’Eglise près des troncs...

"Mais cela va vraiment trop loin. A présent, quand un prêtre me parlera, comment puis-je être certaine qu’il croit un seul mot de ce qu’il me raconte ?" s’inquiète Renata dame catéchiste brevetée et bien rénumérée du diocèse ?

Bien que tempérée par une volonté de dialogue œcuménique, l’opposition des principales obédiences protestantes est bien plus catégorique.

Ainsi le pasteur Ferrant président de l’union des Eglises réformées a tenu a faire cette déclaration aussitôt après avoir pris connaissance de la nouvelle encyclique : "Nous appelons les vrais chrétiens qui sont encore catholiques à rejoindre l’Eglise Réformée la plus proche de leur domicile".(...) "L’hérésie papiste a enfin tombé le masque et dévoilé son vrai visage, celui de la Grande prostituée de Babylone !(...) Seule la foi en Jésus permet le salut des âmes, car comme chacun le
sait le salut se fait par la foi non par les oeuvres... et encore moins par les célébrations !"

Nous n’avons pas pu joindre le porte-parole des catholiques traditionalistes, Mgr Lafraise étant actuellement en réanimation pour un problème cardiaque survenu à l’annonce de cette nouvelle ni Mgr Lacrampe qui a coincé malencontreusement son dentier... pas plus que Mgr Pasdaffreux archevêque de Marseille qui a pappris la nouvelle alors qu’il était en oraison pendant la vénération de St Grabataire fondateur de l’octopus dei...et du aller se changer aussitôt...

Cette nouvelle orientation vaticane n’en finit plus de causer bien des remous dans les presbytères et autres séminaires et les langues commencent à se délier : ainsi plusieurs centaines de prêtres et religieux catholiques ont saisi l’occasion de cette encyclique pour révéler leur athéisme.

"J’ai rapidement pris conscience qu’il n’y avait pas plus de preuves de l’existence de dieu que de celle de Vishnou ou du Père Noël ou que de beurre au fond du cul" a déclaré le père Albert qui a entrepris d’écrire un livre consacré à l’absurdité du Credo ...

le Père Nel lui nous avoue que c’est par opportunité alors que le chômage le menaçait et pour avoir un toit et un couvert qu’il est entré dans les ordres.

D’une manière générale ils sont nombreux ceux qui réformés pour des causes médicales, ou placés par leur famille à cause d’un léger handicap mental ou pour cacher une homosexualité naissante voire des tendances perverses ont décidé de faire carrière dans le spectacle ecclésiastique

Ainsi le Père Formant qui a entamé entamé une série de sermons dominicaux sur le thème des ’La sexualité en Eglise’ avoue n’avoir jamais vu de toute sa carrière de prêtre d’assistance aussi nombreuse et passionnée et a la ferme intention de supprimer désormais la partie liturgie dans ses prochaines messes.

L’un des objectifs de la récente encyclique est également d’enrayer la chute des vocations sacerdotales.
pourtant, les candidats à la prêtrise se déclarent peu nombreux car des consignes strictes ont été données pour écarter ceux qui, par peur du chômage, se feraient passer pour athées afin d’y accéder.

Ainsi ce pauvre Michel qui voulait devenir prêtre pour pouvoir bénéficier d’une couverture sociale et respectable et d’une attitude compréhensive concernant son goût pour les relations affectives avec une grande différence d’âge qui a été exclu : " ils ont repéré très vite que j’étais croyant.... tout se passait bien lorsque l’un des examinateurs a éternué. Sans réfléchir, j’ai dit ’Dieu vous bénisse’ ce fut ma perte !!!"

Il semble que l’Eglise désire à terme faire prendre en charge cette délicate et indispensable fonction par les états et les gouvernants afin qu’un service public religieux puisse être assuré sans dépenses pour les finances de St Pierre, l’Eglise se contentant dès lors d’assurer la mise au point de ses spectacles, de leur médiatisation, de développer sa sa puissance et bien sûr de ses sources de profits ressemblant ainsi de plus en plus aux structures clientélistes dont elle s’inspire depuis toujours sur le modèle de Cosa Nostra.

Les nouveaux prêtres réliseraient ainsi la prophétie de Saint Drevert- Man qui il y a plus de 20 ans annonçait "les nouveaux fonctionnaire de Dieu".

Interrogé sur une possible ordination des femmes Mgr Minneth-rat nous a indiqué qu’elle n’était "pas d’actualité."

Cette fois-ci la nouvelle évangélisation est bien partie mes amis !


***ce texte qui se veut uniquement humoristique et divertissant (certes pas toujours de très bon goût je l’avoue !) sans aucune intention insultante et/ou discriminante envers qui que ce soit est une pure fiction aussi toute ressemblance avec des personnes ou des faits réels existants ou ayant existés serait pure coïncidence et entièrement fortuite ***


[1DIES DOMINI (Proposition 30)
Comme fruit de l’Année de l’Eucharistie, le Synode recommande vivement de faire
les efforts nécessaires pour valoriser et vivre le Dies Domini dans toute l’Eglise. Il
faut absolument réaffirmer le caractère central du dimanche... Le dimanche est
vraiment le jour où l’on célèbre, ensemble, le Christ ressuscité, jour sanctifié et
consacré au Créateur, jour de repos et de disponibilité.
Nous devons donner aux chrétiens l’opportunité, par la catéchèse et la prédication,
de méditer sur le Dies Christi comme jour de la résurrection du Seigneur et donc,
comme fête de libération, jour offert pour goûter les biens du Royaume de Dieu.
Nous voudrions que le Jour du Seigneur soit aussi le jour des chrétiens, respecté
de toute la société avec le repos hebdomadaire.
Même si le samedi soir appartient déjà au dimanche (Primi Vespri) et qu’il est
permis d’accomplir le précepte dominical avec la messe de veille de fête, il est
nécessaire de rappeler que le dimanche en soi-même doit être sanctifié pour que ce
ne soit pas un jour ’vide de Dieu’.

[2EUCHARISTIE ET SACREMENT DE LA RECONCILIATION (Proposition 7)
Il est d’une grande importance pastorale que l’évêque encourage dans son diocèse
une reprise décisive de la pédagogie de la conversion qui naît de l’Eucharistie et
favorise ainsi la confession individuelle fréquente.
Le Synode recommande vivement aux évêques de ne pas permettre dans leur
diocèse le recours aux absolutions collectives, sauf dans des situations
exceptionnelles définies par le Motu Proprio Misericordia Dei de Jean-Paul II.
Dans cette perspective, il faudrait approfondir également la dimension de
réconciliation, déjà présente dans la célébration eucharistique, en particulier dans le
rite pénitentiel, pour que des moments d’authentiques réconciliation soient vécus
pendant la messe.

[3ADMISSION DES FIDELES NON CATHOLIQUES A LA COMMUNION
(Proposition 41)
Sur la base de la communion de tous les chrétiens, déjà active par l’action de
l’unique Baptême même si de manière encore incomplète, la séparation à la table du
Seigneur est justement vécue avec douleur. Par conséquent, de plus en plus
fréquemment la question urgente de la possibilité de communion eucharistique entre
chrétiens catholiques et non catholiques est posée au sein de l’Eglise catholique
comme de la part de nos frères et soeurs non catholiques. Il faut préciser que
l’Eucharistie ne désigne pas et ne comprend pas seulement notre communion
personnelle avec Jésus-Christ mais la ’pleine communion’ de l’Eglise. C’est pourquoi
nous demandons aux chrétiens non catholiques de comprendre et respecter le fait
que pour nous, selon toute la tradition de fondement biblique, la Communion
eucharistique et la communion ecclésiale sont liées intimement et c’est pour cela que
la communion eucharistique avec les chrétiens non catholiques n’est généralement
pas possible. De plus, la concélébration oecuménique est exclue. De même, il faut
préciser qu’en vue du salut personnel, l’admission des chrétiens non catholiques à
l’Eucharistie, au sacrement de pénitence et à l’onction des malades dans des
situations individuelles bien précises est possible et voir même recommandée.

[4LES DIVORCES REMARIES ET L’EUCHARISTIE (Proposition 40)
Dans la continuité des nombreux enseignements du Magistère de l’Eglise et
partageant la douloureuse préoccupation exprimée par tant de Pères, le Synode des
Evêques réaffirme l’importance d’un comportement et d’une action pastorale
d’attention et d’accueil pour les fidèles divorcés et remariés.
Selon la tradition de l’Eglise catholique, ils ne peuvent être admis à la communion
car ils présentent les conditions objectives de contraste avec la Parole du Seigneur
qui a donné au mariage sa valeur originaire d’indissolubilité... Malgré cela, les
divorcés remariés appartiennent à l’Eglise qui les accueille et les suit avec une
attention particulière afin qu’ils cultivent une forme de vie chrétienne par la
participation à la messe, même s’ils ne reçoivent pas la communion, l’écoute de la
Parole de Dieu, l’adoration eucharistique, la participation à la vie communautaire, le
dialogue de confiance avec un prêtre ou un maître de vie spirituelle, le don à la
charité vivante, les actes de pénitence, l’éducation des enfants. Quand la nullité du
lien du mariage n’est pas reconnue et qu’il y a les conditions objectives qui, de fait,
font que la cohabitation est irréversible, l’Eglise les encourage à s’engager à vivre
cette relation selon les exigences de la loi de Dieu, la transformant en un amitié
loyale et solidaire. Ainsi ils pourront de nouveau se rapprocher de la table
eucharistique, avec les attentions prévues par la procédure ecclésiale, mais il faut
éviter de bénir ces relations afin qu’il n’y ait aucune confusion possible sur la valeur
du mariage auprès des fidèles.
En même temps, le Synode souhaite que tout soit fait non seulement pour garantir
le caractère pastoral, la présence et l’activité correcte et ponctuelle des tribunaux
ecclésiastiques pour les causes de nullité matrimoniale, que pour approfondir
ultérieurement les éléments essentiels pour la validité du mariage, tenant compte
également des problèmes issus du contexte actuel de profonde transformation
anthropologique, par lequel les fidèles risquent d’être conditionnés spécialement
quand il y a carence de formation chrétienne solide.

[5COHERENCE EUCHARISTIQUE DE POLITIQUES ET LEGISLATEURS
CATHOLIQUES (Proposition 46)
Les politiques et législateurs catholiques doivent se sentir particulièrement
interpellés dans leur conscience, formée avec droiture, de l’importante responsabilité
sociale de présenter et soutenir des lois iniques. Il n’y a pas de cohérence
eucharistique quand on encourage des lois qui vont contre le bien intégral de
l’homme, contre la justice et le droit naturel. On ne peut pas séparer l’option privée
de celle publique, sans se mettre en contraste avec la loi de Dieu et l’enseignement
de l’Eglise, et ce devoir même d’être jugé face à la réalité eucharistique. Les évêques
doivent exercer les vertus de la force morale et de la prudence, tout en tenant
compte des situations locales concrètes, dans l’application de cette orientation.

[6MANQUE DE PRETRES (Proposition 11)

Le caractère central de l’Eucharistie dans la vie de l’Eglise rend encore plus douloureux le grave problème du manque de prêtres dans certaines parties du monde. De nombreux fidèles se voient privés du Pain de vie. Pour faire front à la faim eucharistique du peuple de Dieu, parfois privé pour de longues périodes de la
célébration eucharistique, il faut recourir à des initiatives pastorales efficaces.
Dans ce contexte, les Pères synodaux ont réaffirmé l’importance du don inestimable du célibat ecclésiastique dans la pratique de l’Eglise latine. Se référant au Magistère,et en particulier au Concile Vatican II et aux derniers pontificats, les Pères recommandent de mieux expliquer aux fidèles les raisons du lien entre célibat et
ordination sacerdotale, tout en respectant pleinement la tradition des Eglises orientales. Certains ont mentionné les Viri Probati, mais cette hypothèse a été considérée comme non viable.
Il faut en outre, tenir compte que pour offrir le don eucharistique à tous les fidèles, la qualité chrétienne de la communauté et sa force d’attraction ont un poids décisif. Il s’agit en particulier d’encourager les pasteurs à promouvoir les vocations sacerdotales ;...à sensibiliser les familles ;....à distribuer plus équitablement le clergé,
aidés des évêques et des familles religieuses (dont on respectera les propres charismes) et de leur demander une plus grande disponibilité pour servir l’Eglise là
où c’est nécessaire.( message final du Synode)