Bulletin de l’Ermitage

Accueil > L’Être de la Guha > L’Être de la Guha (21)

en direct de notre ermitage du Vercors

L’Être de la Guha (21)

Enchantements du printemps et de la Semaine Sainte

samedi 19 mars 2005, par frere francois

Semaine du 14 au 20 Mars 2005

Ce printemps dans ma cabane
absolument rien
absolument tout !
Yamaguchi Sodô
Je me lave les pieds
Le baquet coule
comme le printemps !
Yosa Buson

C’est devant Jess pris de "fou-rire" de me voir transpirant et m’agitant devant mon ordinateur "encore une fois à la bourre" et d’Igor qui lui semble poliment "rire comme un Jésuite" ( sous cape) que je reprend le clavier pour une courte lettre.

Il fait beau mais la fonte de la neige découvre un paysage brûlé, désolé et dévasté comme la surface d’une éponge, parsemé de flaques où essayent de se maintenir encore quelques amoncellements de neige... une neige qui fond le jour mais regèle la nuit...transformant les coins les plus sombres et les plus orientés au vent du Nord du chemin en patinoires piégeuses même si nos déplacements sont quand même plus aisés...

Nous nous préparons à partir une dizaine de jours sur la côte basque pour le baptème de Jess dans l’Océan...et nous changer un peu de la montagne.
J’appréhende un peu une longue route de 800km...et de laisser nos bêtes seules quelques jours ... surtout que Igor est du voyage !... mais si le froid ne revient pas tout ira pour le mieux.

Hier nous sommes passés à Léoncel où la vieille ermite est de retour après une hospitalisation de 6 mois : la démarche est vacillante mais l’energie intacte : une leçon de courage !
Frère Xavier "à la rue" de par la charité diocésaine et la compassion bénédictine couche depuis 3 mois sur le carrelage de la cuisine... ses affaires sont séquestrées en toute illégalité... le "bénédictin officiel" agent des R.G. et du diocèse spécialiste en bidonnages et manipulations ecclésiales de toutes natures pendant ce temps achalande son magasin...unique préoccupation de sa haute spiritualité et utile compensation à la vacuité de son être...
S’étant fait razer la tête de frais et ayant pris de l’embonpoint il ressemble de plus en plus à une saucisse...aveugle comme elle de ne pas voir à travers celle de 90 ans qu’il martyrise le regard de Celui qu’il va précher de sa voix doucereuse tout au long de la semaine...
une beau cas d’hypocrisie d’Eglise ou tout simplement de schizophrénie hautement pathologique...et non soignée...( jusqu’à quand ?)

Je termine en vous donnant quelques pistes de réflexion pour vivre la semaine sainte de façon moins "ronronnante" et circulaire qu’à l’accoutumé...et vous souhaite de joyeuses fêtes de Pâques...car pendant quelques temps je me dispenserai du bulletin

Alors à bientôt peut-être ?...

Jess et François ermites en Vercors


Conseils pour la Semaine Sainte

La semaine sainte devrait être réactualisée et expliquée aux femmes et aux hommes de notre temps tant cette liturgie recèle de richesses et d’indicible...

Ne pas en rester aux processions traditionnelles, au dolorisme culpabilisateur ou à l’affliction desséchante devrait être un des rôles de l’ECAR ... une Eglise qui ne pense guère ces jours là que de spectacle et d’audimat... montrer ses nouvelles « proies » , ces pauvres catéchumènes endoctrinés chaque année moins nombreux...et on comprend bien pourquoi...

Tout débute aux Rameaux par une incompréhension ou une illusion...un paraître...

Le bon peuple de Jérusalem vient se presser au devant de celui dont on parle...et qui doit venir restaurer le royaume d’Israël...

déception...

même si l’accueil est celui d’un roi...c’est monté sur une pauvre mule qu’il s’avance...

le roi est pauvre...

le roi est nu...

sa véritable royauté n’est pas de ce monde...comme on dit...ou comme on envoie ses espoirs, là où l’on ne peut plus se tromper...

( on a voulu adjoindre de nos jours le récit de la passion c’est un erreur à mon sens... laissons s’écouler le temps comme le temps le réclame...il ne sert à rien d’aller plus vite que les aiguilles d’une montre !)

Lundi  : Marie comme avant elle Marie de Magdala la prostituée , la compagne de Jésus , celle qui l’embrassait sur la bouche ( évangile de Philippe) oint la tête du Nazaréen.... elle a compris quel serait le destin de cet homme et montre par un même signe le respect qui est du à chacun de son vivant sans attendre sa mort...

"moi vous ne m’aurez pas toujours avec vous" peut se dire de chaque être... et après tout décès on mesure mieux la béance laissée par chacun...

Mardi Jésus comprend que même parmi les siens on va le trahir...le coup est toujours porté par les plus proches ceux qui jalousent en secret ou que l’on a inconsciemment déçu ou oublié...qui se sont projetté eux même sur autrui au lieu de rechercher l’autre...ou d’avancer soi même...

Mercredi La cène : un repas convivial d’une communauté d’amis et de compagnons de route...une invitation à se donner pour les autres... à com-unier ...et non cette parodie sacrificielle qu’en a fait la messe actuelle

Ne manquez pas l’office des Ténèbres du Jeudi Saint [1]

Jeudi saint messe chrismale où l’on renouvelle les engagements et où l’on en prend mais c’est principalement le lavement des pieds qu’il faut retenir ce jour là :

essayez...

essayez donc un jour ( ce jour ?) de vous mettre aux pied de quelqu’un...
vous verrez sa grandeur et combien ce geste est celui de l’amour...
admirez les, caressez les... embrassez-les peut-être...
puis lavez lui les pieds...
je l’ai fait souvent aux personnes qui venaient à l’ermitage
à ceux que j’aimais profondément et /ou qui étaient profondéments blessés par la vie...
croyez moi cela change tout de part et d’autre...et crèe un profond sentiment d’accueil et d’acceptation...
hélas de nos jours on se contente dans les communautés bénédictines d’un simulacre ritualisé du lavement des mains...c’est dommage !

N’oubliez pas l’office des ténèbres du Vendredi

Vendredi saint Pourquoi ne pas débuter la journée en écoutant "L’enchantement du Vendredi Saint du 3ème acte de PARSIFAL de Wagner commander ou/et écouter içi : tout y est...il y aurait aussi dans un autre registre BACH et ses "Passions" "Selon St Matthieu" à commander dans la version Harnoncourt [2]
ou " Selon Saint Jean" à commander içi encore dans la version Harnoncourt... et à emporter sur une ile déserte !...

La passion dont il est question est celle de tout homme déchiré entre l’idée qu’il se fait de la vie et de ce dont il aurait besoin...et la réalité brutale...
Passion d’un homme dans laquelle nous pouvons tous nous reconnaître de manière symbolique : l’accusation, l’impossibilité de se faire comprendre, le supplice de se sentir abandonné ( soulagé par une multitude de gestes de compassions venant de ceux auxquels on ne pensait pas )... la fuite et l’abandon des proches... même des plus proches...et la fureur de la « foule » ignarde toujours en quête de « bouc émissaire » pour soulager ses douleurs jamais appaisées...

Pensez aux ténèbres du Samedi

Samedi est celui du silence...et de l’absence... [3]

Dimanche celui de la résurrection ( ne manquez pour rien au monde la veillée pascale )... un happy end ?...peut-être mais pas pour soi...
ou simplement pour dire qu’à chaque efforndrement et mort à nous même ou de nos idéaux ou de nos trajectoire...il arrive un moment où nous refaisons surface...
ou bien les autres font revivre ce que nous avons essayé d’apporter... après un temps de latence toujours nécessaire à la compréhension...
Car bien sûr les femmes au tombeau n’ont pas vu le Nazaréen... mais elles ont reconnues en la présence d’un autre ( du jardinier ?) la même chose qu’elles avaient admiré... et que d’autres...ailleurs sur la route d’Emmaüs ou ailleurs verront à d’autres gestes...au travers d’un autre...

Voilà le sens de la résurrection...les êtres disparaissent... mais c’est à nous de les faire revivre en vivant ce que nous sommes nous mêmes... dans les regards que nous portons sur les autres... ou les plaquages inévitables que l’on fera sur eux...

...ainsi va la vie...

Joyeuses Pâques à tous !


Hi ! moi c’est Jess et je termine la lettre comme d’ab !

Comme c’est la sainte semaine je donne pas de chanson mais un texte de Daniel Pons que j’ai trouvé dans un des cahiers de Titus et qui m’a touché

Créateur mon frère
S’effacer pour toi n’est pas misère
Car mon frère
Lorsque humilité fait de toi transparence
passe à travers toi l’essence
Créateur mon frère
tu es une ombre dans laquelle s’est perdu un grain de lumière
Alors mon frère, sur la terre ta mère
ne te contente pas d’être un pauvre hère
Cherche parmis les poussières qui te composent
Celle qui les transcende toutes
Mon frère, fais mieux que les hommes vulgaires
Qui cherchent les pépites pour en extraire de l’or
Fais-toi chercheur
Qui cherche de toutes ses forces
A trouver dans son intérieur une pépite
Et...mon frère
Lorsque tu l’auras découverte
Ne te contente pas de la contempler avec complaisance
Avec satisfaction
Ne sois pas éberlué
Songe plutôt à en extraire de cette pépite aurifère
La quintessence
Une quintescence d’or non vulgaire
et si tu es capable de faire cela mon Frère
Le métal s’épanouira comme les pétales d’une fleur aurifère
Devant les hommes
Tes frères
Daniel Pons

.

Alors voilà , moi je vous souhaite aussi de joyeuses fêts de Pâques , j’vais à la mer mais je penserai bien à vous...et quand on sera rentré je vous réserve une petite surprise : une nouvelle rubrique que Titus me confie comme cadeau de Baptême

Bises à tous !

Jess le moinillon séropo


Un ermite tient un "livre de bord"...pourquoi ne pas le partager ?... le message placé dans le bidon qui sert de boite aux lettres au bas du vieux chemin...le long de la route, vous parviendra toutes les semaines avec un certain décalage...et vous pourrez même me répondre...


[1Notez aussi que des compositions musicales baroques superbes ont été enregistrées sur des oeuvres de COUPERIN écouter et commander en cliquantou CHARPENTIER pour le vendredi saintécouter et /ou acheter et aussi pour le Jeudi saintécouter et /ou commander ne manquez pas ces méditations superbes

[2en fait cette version plus ancienne est celle que je recommande car uniquement interprétée par des voix masculines et des instruments anciens cliquer pour commander

[3Vous pouvez méditer ce jour là avec Franz Litzt une oeuvre austère et remarquable : VIA CRUCIS dans une interprétation chantée à capella si possible avec seulement un léger accompagnement au piano...peut-être cette version ? mais je n’ai pas retrouvé celle que je connais acheter pour écouter

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)