Bulletin de l’Ermitage

Accueil > L’Être de la Guha > L’Être de la Guha (20)

En direct de notre refuge du Vercors

L’Être de la Guha (20)

Entre deux pelletées :5ème semaine de Carême

jeudi 10 mars 2005, par frere francois

Notre ermitage, Semaine du 10 au 17 Mars 2005

Merveille !
Pisser debout
Sous un déluge de grêle
Kobayashi Issa
Sous le divin nez
Du divin Bouddha
Pend un morve de glace
Kobayashi Issa

.

"En retard...comme dab !" me fait remarquer Jess dans un grand sourire..."rassure toi Titus moi aussi j’ai pas réussi à trouver grand chose comme chanson"...
il est vrai que comme je le disais déjà la semaine dernière notre activité est de "survie"...même plus de temps pour répondre aux lettres...vivement le printemps !

...et comme aujourd’hui un chaud soleil est revenu...j’avoue que "j’ai relâché la pression" pour faire une sieste sous la véranda...pendant que le loupiot reprenait le pinceau...
Nous avons bien besoin de repos ...après une mauvaise angine tous les deux la semaine dernière...

Mais voici la dernière méditation promise

5ème semaine de Carême

Ainsi donc après avoir mesuré la vacuité de notre être et les illusions qu’il se crée pour fonctionner ainsi que son impossibilité à comprendre et à appréhender autrui , éléments qui font partie de notre mode de fonctionnement : il nous faut vivre avec...

Nous nous sommes interrogés aussi sur la nécessité de croire en une ultimité et de la prier...

Un ami me disait avec justesse que j’avais oublié la semaine dernière le rôle de louange de la prière... c’est vrai... !
une louange au fait d’exister...
une louange au fait de pouvoir louer...ou de pouvoir vivre...
une louange d’être...
une louange sans raison...et sans pourquoi...

Pour l’ultimité ce sera à chacun de mesurer la nécessité de la concevoir, et d’estimer si elle ne correspond pas toujours à une figure crée par l’épectase... à notre besoin d’avoir un centre, une cause première... quelque chose qui unifie tout et /ou un commencement à l’enchaînement des causes : impossibilité de vivre ou de raisonner sans ces concepts ?

Unification effectuée par notre intellect qui fonctionne en rassemblant des données jusqu’à projeter ce mode sur le réel ?...ou la réalité ?...

Parfois simplement et c’est le cas si souvent dans le christianisme la rencontre numineuse avec l’autre saisi dans son « intériorité » ou de soi même en son être pensant et existant...

Le tout est un choix personnel , du domaine de la conviction ineffable ;l’important étant de ne pas s’enfermer dans l’idolâtrie , la magie, la subjectivité ou la méconnaissance des ressorts psychologiques ...
et même si cela tout comme l’irrationnel vous est nécessaire il importe de ne pas se crisper sur elles au point d’en faire une obligation de penser pour les autres...un « penser correct » qui donnerait motif à exclure... à éluder l’autre...le différent...le déviant...le mécréant...

L’ autre dont nous devons avoir un immense respect tant nous sommes dans l’impossibilité de le connaître « en vérité » et envers lequel nous devons avoir une compassion fraternelle sans pour autant projeter sur lui ce que nous ressentons et qui nous ferait tomber dans le piège de la sensiblerie si commune de nos jours

Je crois qu’arrivé à ce point nous ne pouvons que proposer plusieurs pistes de vie...à chacun de faire son choix et d’adopter le dosage correspondant le mieux à ce qu’il connaît de lui même...
un dosage qui variera avec le temps au fur et à mesure de la découverte de soi

Cela doit débuter à mon sens par un grand éclat de rire : face à tous les penseurs qui se prennent au sérieux ,
à tous les poncifs qui marchandent leurs dogmes ou leurs potions magiques ou leurs bonheurs fictifs assurés ou soumis à certaines pratiques mais qui garantissent un « autre monde » enchanteur : tout cela ce sont des leurres ...
mais si pour certains ces idées constituent des béquilles nécessaires et sont opérants pour leur permettre de vivre ou d’accéder à des moments de bonheur : pourquoi pas...
l’essentiel est de ne pas les prendre trop au sérieux et de se crisper sur eux

Ensuite il convient de danser la vie point où nous rejoignons l’Hindouïsme et sa longue sagesse : la danse de Shiva comme celle de Zorba le grec qui apprenant qu’il est ruiné éclate de rire avant de danser le Sirtaki :
dans sa vie c’est faire de chaque jour une fête, un moment de jouissance, une plénitude d’un instant d’autant plus précieux qu’il passe et se renouvellera jamais...
et là faisant plaisir à quelques uns je rejoins Tich Nhat Tran et sa plénitude de l’instant
Nous aurons certainement l’occasion de publier encore des poêmes de Daniel Pons qui a merveilleusement su développer et exprimer cette idée et dont nous avons publié de nombreux extraits dans les "Bouffées d’air mitage" de cet été

Curieusement et par hasard j’ai reçu dans la semaine un merveilleux livre d’un ami de longue date : Régis Debray, sage philosophe, contestataire de 68 qui s’engagea aux côtés du Che Guevarra dans les maquis de Bolivie avant d’être fait prisonnier par la junte de ce pays...et condamné à mort...
il sera échangé après un long emprisonnement et d’obscures transactions et retrouvera la liberté... avant de redevenir célèbre...

Lui aussi a eu le temps de redécouvrir ses racines ...professeur à Lyon ils aboutit étrangement aux conclusions de notre carême tout en abordant ses réflexions par la sociologie ... Vous avez peut-être lu "Dieu un itinéraire" ou "le feu sacré" qui ont connu un beau succès aujourd’hui il nous adresse un petit opuscule " Les communions humaines pour en finir avec la religion "... [1] je vous le conseille car cette idée de communion qui est celle-là même que je vis présentement avec Jess et d’une manière plus éloignée avec ceux qui correspondent avec moi au travers de "l’ermitage" du net est de cette nature, celle-là même que j’ai vu fonctionner à Léoncel sous le regard de la vieille ermite de 90 ans...
Je ne peux vous donner que quelques extraits de ce livre...mais nous en reparlerons certainement plus longuement ultérieurement...

La semaine prochaine sera celle qui précède la semaine sainte ...je vous proposerai alors quelques indications pour suivre ce « monument de liturgie » exceptionnel... résumé de toute une vie , de tout itinéraire spirituel... qui je crois n’a pas son équivalent dans d’autres courants de pensée

Alors encore merci d’avoir attendu cette lettre...et à la semaine prochaine ...peut-être ?

Francois et Jess ermites en Vercors +

Hi ! moi c’est Jess... j’ai pas bien eu le temps de chercher des chansons...mais comme je sens que le printemps revient ( ou du moins l’espère) je vous envoie celle-ci... de Hugues Aufray ...on l’a chanté hier soir avec Titus !...Bye !

Jess moinillon séropo

.

Les filles sont jolies dès que le printemps est là
Mais les serments s’oublient dès que le printemps s’en va
Là-bas dans la prairie j’attends toujours, mais en vain
Une fille en organdi
Dès que le printemps revient
Je repense à ses yeux dès que le printemps est là
Je revois nos adieux dès que le printemps s’en va
Mais son image rôde au détour de mon chemin
Quand les soirées se font chaudes
Dès que le printemps revient
Non, le temps n’y fait rien
Oh non, le temps n’y peut rien
Je crois la retrouver dès que le printemps est là
Je cesse d’y rêver dès que le printemps s’en va
Après bien des hivers pourtant mon coeur s’en souvient
Comme si c’était hier
Dès que le printemps revient
Non, le temps n’y fait rien
Oh non, le temps n’y peut rien
Parfois je veux mourir dès que le printemps est là
Je crois toujours guérir dès que le printemps s’en va
Mais je sens la brûlure d’une douleur qui m’étreint
Comme une ancienne blessure
Dès que le printemps revient
Dès que le printemps revient
Dès que le printemps revient
Dès que le printemps revient
Dès que le printemps revient

Un ermite tient un "livre de bord"...pourquoi ne pas le partager ?... le message placé dans le bidon qui sert de boite aux lettres au bas du vieux chemin...le long de la route, vous parviendra toutes les semaines avec un certain décalage...et vous pourrez même me répondre...


[1Les communions humaines, Pour en finir avec la religion chez Fayard pour commander cliquer içi

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)