Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Bouffées d’air mitage > Dernière bouffée d’été

Bouffées d’air mitage

Dernière bouffée d’été

mardi 28 septembre 2004, par frere francois

Mon ermitage , mercredi 22 Septembre 2004

Un automne triste
Dehors le vent froid
Le village solitaire est perdu dans la brume
Des gens rentrent vers le vieux pont
Des corbeaux se rassemblent dans les arbres
Des oies sauvages s’éloignent dans le ciel
Seul un moine en robe noire reste debout
Devant la rivière au soleil couchant
Ryokan

Pardon de mon retard...mais comme je vous l’annonçais dans une précédente lettre le rythme d’été s’achève...
et comme l’hivers semble précoce cette année en montagne
alors que la burle glacée du nord a soufflé tout le Week-End...nous obligeant a rester au chaud...
nous avons consacré Jess et moi toutes nos forces pour mettre l’agrandissement de sa future cabane "hors d’eau"...
nous n’avons même pas pu aller voir son père ce Week End mais allons le rejoindre dès demain pour l’aider à préparer son départ et l’accompagner dans sa transhumance d’automne jusqu’à la plaine... jusqu’ à Die...où là les bêtes prendront la route dans des camions jusqu’au Ventoux...modernité oblige...et pour tous la fin d’un rêve...

Jess a de nouveau pris une angine mais m’a dit qu’il serait en forme pour demain...si au moins il y avait un peu de soleil !

Ensuite nous reviendrons et irons peut-être en Pays Basque pour le "Baptème" du futur ermite...

Comme vous le verrez prochainement sur le site l’éloignement de mes écrans s’accompagnera d’un arrêt de l’interactivité...ce qui évitera les attaques de ceux qui ont encore piraté bêtement l’ermitage : nous nous contenterons d’une lettre hebdomadaire que vous trouverez sur ce Bulletin et de quelques articles...au gré de l’inspiration et du temps libre : ceux qui veulent échanger devront se contenter des forums et bien sûr des e-mails dont les réponses ne seront jamais immédiates...

Une nouvelle phase s’instaure : Jess ne voulait pas que je lâche tout pour lui...mais je lui ai fait comprendre que cela était dans la nature de ma vocation d’ermite...et du destin qui souffle où et comme il le veut.
Sa présence est enrichissante à plus d’un point de vue et le nombre grandissant de ceux qui fréquentent le site m’obligent avec l’âge à un nécessaire retrait...surtout pendant l’hivers que nous essaierons de vivre ici à 1500 mètres d’altitude, pauvres et isolés de tout...

Une expérience que nous voulons tous les deux pour des motifs divers (et d’hivers), conscients de témoigner ainsi de notre présence et de notre mode de vie singulière devant le monde des nantis...

Alors rendez-vous la semaine prochaine pour le premier numéro de "l’Être de la guha" nouveau lien entre notre petite monade blessée, vacillante et en recherche...au bout du monde... et le monde du net...et ses immenses marécages...
petite veilleuse dont, je l’espère vous saurez prendre soin et ne pas étouffer...

En sincère amitié fraternelle en espérant votre prière et assurés de la nôtre... du fond du coeur à tous...
à bientôt !

Jess et Francois... ermites en Vercors

PS. Jess qui adore ( tout comme moi) Hugues Aufray vous adresse cet "au revoir" en chanson...

Hasta luego !
À bientôt, si Dieu le veut
Hasta luego !
On se reverra sous peu
On a trois mois de réserves au fond des cales
Allez, les gars ! On va hisser la grande voile
Laissez-passer les enfants de la nuit
Il faut chercher le grand vent de l’oubli
Toi qui n’as rien, embarque-toi avec nous
Donne-moi la main. T’as qu’à passer parmi nous
Hasta luego !
À bientôt, si Dieu le veut
Hasta luego !
On se reverra sous peu
Toi qui as peur, cache-toi derrière mon bras
Car voici l’heure ; on va être fier de toi
Laissez-passer les enfants de la nuit
Il faut chercher le grand vent de l’oubli
Toi qui le peux, regarde-moi dans les yeux
Suis ma route : elle te mènera vers Dieu
Hasta luego !
À bientôt, si Dieu le veut
Hasta luego !
On se reverra sous peu
On a trois mois de réserves au fond des cales
Allez, les gars ! On va hisser la grande voile
Laissez-passer les enfants de la nuit
Il faut chercher le grand vent de l’oubli
Laissez-passer les enfants de la nuit
Il faut chercher le grand vent de l’oubli

(de la part de Jess moinillon-séropo)


un ermite tient un "livre de bord"...pourquoi ne pas le partager ?... le message placé dans le bidon qui sert de boite aux lettres au bas du vieux chemin...le long de la route, vous parviendra toutes les semaines avec un certain décalage...et vous pourrez même me répondre...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)