Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Bouffées d’air mitage > Quatre vingt dix septième journée

Bouffées d’air mitage

Quatre vingt dix septième journée

jeudi 9 septembre 2004, par frere francois

Mon ermitage, Vendredi 3 Septembre 2004

Prendre un enfant par la main
Pour l’emmener vers demain.
Pour lui donner la confiance en son pas
Prendre un enfant pour un roi.
Prendre un enfant dans ses bras
Et pour la première fois
Sécher ses larmes en étouffant de joie
Prendre un enfant dans ses bras.
Prendre un enfant par le coeur
Pour soulager ses malheurs,
Tout doucement, sans parler, sans pudeur,
Prendre un enfant sur son coeur.
Prendre un enfant dans ses bras
Mais pour la première fois
Verser des larmes en étouffant sa joie,
Prendre un enfant contre soi.
Prendre un enfant par la main
Et lui chanter des refrains
Pour qu’il s’endorme à la tombée du jour,
Prendre un enfant par l’amour.
Prendre un enfant comme il vient
Et consoler ses chagrins,
Vivre sa vie des années puis soudain,
Prendre un enfant par la main,
En regardant tout au bout du chemin
Prendre un enfant pour le sien.
Chanson de Hugues Aufray

La journée d’hier fut entièrement dédiée à la récupération et aux tâches humbles et ménagères...dans le droit fil du texte de Rolland Rech...

Malgré une nuit meilleure où Jess fut moins agité...je l’ai retrouvé ce matin face au soleil levant et le paysage superbe émergeant doucement de la brume, nu comme un ver, jambes écartées debout et les bras en croix, les yeux remplis de larmes et les doigts tendus comme pour agriper l’air... comme s’il voulait s’envoler...

Il est resté un long moment à sangloter ainsi...avant qu’il me rejoigne tout encore ébouriffé et ivre de soleil pour le petit déjeuner...

"- Tu sais l’ancien...j’ai trouvé une nouvelle manière de prier...et de m’emplir d’infini..."

Quand après un long silence je lui répondis que je le faisais souvent aussi aux moments de souffrance...cela me valut une grosse bise mouillée et deux bras qui faillirent me faire avaler de travers...

" -Passe quand même un tee-shirt kohai...tu vas prendre froid..."

Kohai est le nom que les moines japonais donnent aux jeunes disciples dans la voie...et réponse à "sempai" l’ancien...le maitre...

" -Tu sais Jess j’ai pensé à une chose cette nuit..."

"... ?"

" J’ai décidé que je te baptiserai dans l’océan...face à l’infini de la mer...je t’emmenerai bientôt...ce sera ton véritable début de formation d’ermite... maintenant je sais que tu es prêt..."

Je n’eu pas le temps de terminer ma phrase que me serrant le cou jusqu’à m’étrangler nous roulions tous les deux dans l’herbe mouillée à la grande surprise d’Igor qui ne savait plus quoi penser...mais garda la tête assez froide et lucide pour finir nos petits déjeuners...

Il est resté un long moment à califourchon sur ma poitrine, comme s’il voulait régler sa respiration sur la mienne, à me fixer dans les yeux de son regard rempli de larmes...
puis s’allongeant sur moi il m’embrassa sur les lèvres de sa bouche mouillée de larmes salées comme en un avant goût d’océan et me dit d’un souffle me chatouillant au creux de l’oreille que jamais on ne lui avait fait une plus grande joie...

" -T’es super Titus t’sais ! "

Quand nous reprimes nos esprits je lui ai dit que je prendrai une semaine... je devais le faire depuis longtemps déjà pour disperser les cendres de ma mère dans l’océan...et que l’occasion était venue...grâce à lui...

...et puis à lui qui aime tant l’aquarelle ... que je savais de ces petits ports aux multiples reflets qui se marieraient si bien avec sa peinture...

Puis nous nous sommes préparés au déplacement de demain : passage en ville...puis montée sur le plateau et un Week End au milieu des moutons et aider son père qui doit se préparer déjà pour la transhumance du retour...à moins que la chaleur qui persiste ne la retarde...

Nous vous adressons 2 prières sous forme de chanson...
la seconde a été choisie par Jess mais toutes les deux sont de Hugues Auffray...que nous chantons souvent à la veillée...

Puissiez vous en reçevoir la chaleur...et prier ainsi à travers elles... avec nous...pour vous...pour nous...

alors... bon Week End...et à Lundi ...peut-être ?

Quand revient le vent de l’automne
Je pense à tout ce temps perdu
Je n’ai fait de mal à personne
Je n’ai pas fait de bien non plus
Et j’ai le coeur gros.
Pauvre chien perdu dans la ville
Y’a des abris pour toi mon vieux
On a la conscience tranquille
Et quand on regarde tes yeux
On a le coeur gros.
Après des mois de mauvais coups
De filets pleins de goémons
Quand le marin compte ses sous
Sur la table de la maison
Il a le coeur gros.
Toi qui n’es pas mort à Madrid
Où tant de copains sont restés
Quand tu regardes tes mains vides
Et devant ton fusil rouillé
Tu as le coeur gros.
Quand tu l’as vu porté en terre
Son cheval noir marchant devant
Tu as soudain compris mon frère
Qu’il était plus qu’un président
Tu as eu le coeur gros.
Assis au bord de la rivière
Mes rêves suivent leur chemin
Et quand je pense qu’il y a sur terre
Deux enfants sur trois qui ont faim
Moi j’ai le coeur gros.
Adieu fillette, adieu ma mie
Adieu petite le temps court
Les cigognes sont reparties
Elles reviendront sûrement un jour
N’aie plus le coeur gros.
Paroles : Hugues Aufray et Pierre Delanoë Musique : Hugues Aufray © 1965 by Éditions LA COMPAGNIE. © assigned 1970 to Les Nouvelles Éditions MERIDIAN 5, rue Lincoln 75008 Paris

un ermite tient un "livre de bord" quotidien...pourquoi ne pas le partager ?... le message placé dans le bidon qui sert de boite aux lettres au bas du vieux chemin...le long de la route, vous parviendra tous les jours avec un certain décalage...et vous pourrez même me répondre...

Messages

  • bonjour :-)

    si je devais me permettre de considérer Jess , ce serai comme une "exception créatrice"
    ça vie est comme son pinceau sur le papier....elle reproduit les couleurs du lever et coucher de soleil...de la vie.

    il est des regards ,des silences qui dépassent le cheminement de l’encre sur le papier ,la lourdeur des doigts sur le clavier

    spiritualités , animas , libidos...toutes ces figures intérieures autonomes et onanisantes
    ne sont elle pas comme la bible , des expressions historiques ?

    désolé ! ! mais je n’ais que des questionnements a offrir...en cette période de ma vie

    amicalement Philippe

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)