Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Histoire > Qu’est-ce que l’excommunication ?

Précisions historiques

Qu’est-ce que l’excommunication ?

mardi 15 juin 2004, par frere francois

Quelques rappels sur une cérémonie très pratiquée jadis en Eglise et qui semble de retour...du moins dans les intentions et les mots pour dire la menace...

L’excommunication est dans l’Eglise catholique l’anathème, la peine ou censure ecclésiastique, par laquelle on retranche les hérétiques de la société des fidèles, ou les pécheurs les plus obstinés de la communion de l’Eglise et de l’usage des sacrements.

Cette peine qui vient du paganisme antique se retrouve en usage dans toutes les religions de l’Antiquité : on défendait à ceux qu’on excommuniait d’assister aux sacrifices, d’entrer dans les temples ; on les livrait aux démons et aux Euménides avec des imprécations terribles : c’est ce qu’on appelait sacris interdicere, diris devovere, execrari.

On lit dans les Commentaires de César, que la plus rigoureuse punition qu’infligeassent les druides chez les Gaulois, c’était d’interdire la communion de leurs mystères à ceux qui ne voulaient pas reconnaître leur jugement.

Chez les anciens Hébreux, l’excommunication était très usitée ; elle est encore reconnue par les juifs ; les protestants ne l’admettent pas.

Dans les premiers temps de l’Eglise catholique, on distinguait l’excommunication médicinale et l’excommunication mortelle ;

On usait de la première envers les pénitents que l’on séparait de la communion, jusqu’à ce qu’ils eussent satisfait à la pénitence qui leur avait été imposée

La seconde était portée contre les hérétiques, contre les pécheurs impénitents et rebelles à l’Eglise. Dans la suite, l’excommunication ne s’entendit plus que de cette dernière façon.

Le premier effet de l’excommunication est de séparer l’excommunié du corps de l’Eglise et de ne plus le laisser participer à la communion des fidèles. dDe ce fait le fidèle ne peut ni recevoir ni administrer les sacrements, ni être élu à aucune dignité ecclésiastique, ni même recevoir après sa mort la sépulture religieuse ; il est défendu aux fidèles de conserver des rapports avec les excommuniés.

Les cérémonies effrayantes accompagnent la fulmination et l’excommunication. Douze prêtres tiennent chacun une torche à la main, qu’ils jettent à terre et foulent aux pieds ;
on enlève tous les vases et ornements de l’autel ;
on couche la croix par terre ;
après que l’évêque ait prononcé l’excommunication, on sonne une cloche, et l’évêque et les prêtres proférent des anathèmes et des malédictions.

S’il arrivait qu’un excommunié entrât dans une église, on devait faire cesser l’office ; et si l’excommunié refusait de sortir, le prêtre devait abandonner l’autel ; cependant s’il avait commencé le Canon de la messe, il fallait qu’il continuât jusqu’à la communion, après laquelle il se retirait dans la sacristie pour y réciter le reste des prières.

L’absolution de l’excommunication était accompagnée de cérémonies. Lorsqu’on s’était assuré des dispositions du pénitent, l’évêque, à la porte de l’église, accompagné de douze prêtres en surplis, six à sa droite et six à sa gauche, lui demandait s’il voulait subir la pénitence ordonnée par les Canons, pour les crimes qu’il avait commis ;
il confessait sa faute, implorait pénitence, et promettait de ne plus retomber dans le désordre.

Ensuite l’évêque assis, et couvert de la mitre, récitait les septs psaumes avec les prêtres, et donnait de temps en temps des coups de verge ou de baguette à l’excommunié ; puis prononçait la formule d’absolution.

Notons enfin qu’il existe deux modes d’excommunication "-latae sententiae" et "ferendae sententiae"-, en fonction de la gravité de la faute commise.

Selon le code de droit canon, ceux qui se rendent coupables de fautes extrêmement graves à l’égard de la doctrine sont déclarés excommuniés automatiquement, "latae sententiae", sans qu’il soit besoin d’une décision express de l’autorité compétente, car ils sont supposés savoir que leur comportement est délictueux.

Le code de droit canon précise que les motifs d’excommunication "latae sententiae" sont :

l’hérésie,
l’apostasie,
le schisme,
la violence contre le pape,
la consécration d’un évêque sans mandat du pape,
( c’est le cas de Mgr Marcel Lefebvre et des 4 prêtres sacrés évêques par lui.)
l’avortement,
la profanation de l’Eucharistie,
l’absolution du "complice" dans le cas de relations sexuelles
et la violation du secret de la confession,

La plupart des cas d’excommunication sont traités par le Saint-Siège, par le pape ou par la Congrégation pour la doctrine de la foi, parfois par l’évêque titulaire.

Pour les fautes moins graves, "ferendae sententiae", l’autorité compétente doit prendre une décision express d’excommunication, après une éventuelle procédure.

En tous cas l’excommunication interditl’accomplissement de tâches liturgiques ou pastorales et la participation à la vie sacramentale de l’Eglise.

C’est la plus sévère des peines prononcées par l’Eglise.

Les excommunications sont assez rares.

La dernière connue a été prononcée en février par un évêque du Piémont, Mgr Pier Giorgio Bernardi, contre un prêtre, Franco Barbero, qui avait béni des "mariages" entre homosexuels.

Le Vatican a plusieurs fois brandi la menace d’excommunication, notamment envers l’archevêque guérisseur zambien Emmanuel Milingo qui s’était marié, mais celui-ci a renoncé par la suite à ce mariage et a réintégré le giron de l’Eglise.

Messages

  • Je connais quelqu’un qui a jeté le Corps du Chrsit a la poubelle, mérite t-elle l’excommunicaton ???

  • Votre texte publié laisse croire que la dernière excommunication date de plusieurs années. En fait, il y a quelques mois, il y a toute une série d’excommunication contre un ordre religieux catholique, prêtres, religieuses et paroissiens qui se vouaient au culte marial d’une manière exagérée oubliant que le Salut vient du Christ et non de Marie, sa mère. L’archevêché de Québec, sous la direction du Cardinal Marc Ouellet, pourra vous donner plus de détails sur la situation telle qu’elle s’est produite.

    Voir en ligne : Qu’est-ce que l’excommunication ?

  • Peut on demander à être excommunié, si oui quelle seraient les démarches à effectuer.
    Merci

    • Vous savez l’Eglise ne connait pas la démocratie : elle excommunie , mais on ne peut le demander ; on peut simplement en position de l’être...et encore...

      Si vous faites partie de l’Eglise vous pouvez écrire à votre évêque en demandant l’annulation de votre baptème, il vous répondra certainement que c’est impossible car c’est une "action de Dieu" mais vous pouvez le faire quand même ...cela provoque toujours des interogations même chez les plus "bornés" de la "structure"

      merci pour votre réaction

      fraternellement

      ff+

    • Bonjour ,

      il y a sur le site : atheisme.free des formulaires PDF avec la marche à suivre. En se montrant insistant il semble que celà puisse etre possible.

      Bon courage .

    • Le terme athée ou athéiste est à utiliser avec prudence, la définition, même si nos sages l’on revu, correspond à une personne qui ne croit en rien sauf en elle, je vous laisse avec plaisir le soin d’apporter les synonymes adéquats. Favorisez donc le mot agnostique, cela reflete mieux, je pense votre idée.

      Voir en ligne : Mr

    • Si vous avez bien lu le texte ci-dessus, le fait d’apostasier (renier la Foi de son Baptême) provoque l’excommunication immédiate.

    • Merci de vos bons conseils mais personnellement j’ai horreur des querelles de mots , surtout en dehors de tout contexte , sans savoir ce qu’ils peuvent recouvrer en fonction d’une époque , d’un espace culturel ou social donné .
      le mot agnostique ne veut rien dire tant inconsciemment on croit toujours à quelque chose : ne serait-ce qu’au lendemain...
      par contre le mot athée reflète mieux le refus de placer une idole, ou une image là où le mystère interroge... et dérange...

      en toute fraternité

      ff+

    • en 2005 et symboliquement un siècle après la loi de séparation de l’église et de l’état j’ai demandé l’annulation de mon baptème.
      Dure démarche car il faut connaitre les noms des parrains et marraines, du prêtre, du diocèse, de la date, etc...
      et après quelques relances de l’archevêcher j’y suis parvenu...

      C’est pas mal de pouvoir disposer de son âme (tout est symbole)

  • Je suis étonné que vous ne parliez pas de la Grande Excommunication qui est survenue en 1054 lorsque le pape Léon IX, qui voulait la soumission du patriarche, a excommunié tous les chrétiens de l’Orient (Orthodoxes) et que le patriarche Kéroulaios, qui a refusé de se soumettre, a excommunié tous les chrétiens de l’Occident. Cette excommunication a été levée le 7 décembre 1965 lorsque le pape Paul VI et le patriarche Athénagoras IV se sont rencontrés à Jérusalem.

    Cette Grande Excommunication a duré 911 ans. C’est donc dire que pendant neuf siècles, tous les chrétiens, sans exception, les papes, les saints et les saintes, sont nés excommuniés et sont morts excommuniés. Ils sont donc allés en enfer automatiquement, non pas parce qu’ils avaient eu une mauvaise conduite, mais par une technicalité bête et méchante. Des chefs chrétiens ont envoyé en enfer tous les chrétiens. Si cette Grande Excommunication n’entraînait pas la damnation alors pourquoi l’a-t-on levée ? C’est certainement le plus grand crime jamais commis par le christianisme, pire que l’Inquisition.

    Et puis vous ne parlez pas des interdits jetés sur les villes par les papes, soit l’équivalent d’une excommunication collective.

    Un pape a même jeté l’interdit sur tout le royaume d’Angleterre après la séparation d’Henri IV.

    Normand Rousseau