Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Approfondissements > Le monde des symboles

Le monde des symboles

par Daniel Toublanc

mardi 3 août 2004

Depuis la nuit des temps l’homme trace des inscriptions et utilise des
représentations graphiques ou des objets pour signifier des idées et
particulièrement des idées abstraites. Certaines de ses inscriptions sont secrètes et
réservés à une minorité d’initiés, qui en connaissent seuls le sens comme les signes
Kaballistiques ou maçonniques, ces symboles sont dits ésotériques. D’autres
représentations symboliques s’adressent à tout le monde, comme les images
pieuses, les icônes et sont qualifiées d’exotériques.

Les Égyptiens et les civilisations antiques comme les les Sumériens et puis
les Grecs et les Romains et ensuite pendant le moyen-âge jusqu’à nos jours en
Europe la symbolique est utilisée souvent comme un moyen d’expression
original et une véritable discipline pédagogique qui a été enseignée notamment
par les religions, les ordres chevaleresques, par les alchimistes, les
corporations et ensuite la franc-maçonnerie.

La symbolique sert à faire découvrir, susciter la méditation et à rappeler
des idées abstraites, non seulement par des signes écrits ou gestuels, mais
aussi par des images qui sont sensées en développer et en rappeler le sens. Les
emblèmes sont des symboles particuliers qui caractérisent principalement
l’appartenance à une nation ou à des institutions nationales, les emblèmes des
légions romaines sont bien connus, les drapeaux nationnaux en font partie.
Egalement les allégories sont encore d’autres types de symboles qui illustrent ou
exhaltent souvent des qualités et des vertus, comme le travail, le patriotisme, la
justice, la liberté, la république etc...

Les triangles flamboyants que l’on peut voir sur le péristyles et dans le
coeur de certains édifices religieux symbolisent le concept divin. Les
évangélistes sont symbolisés par des animaux et les clefs papales représentent la
puissance spirituelle, le sceptre la puissance temporelle, la fleur de lys la
royauté. Le poisson était le signe d’appartenance des premiers chrétiens avant
d’être remplacé par la croix. La colombe sur la tête des apôtres symbolise l’esprit
saint. Et en général l’iconographie religieuse dont les peintures et les
sculptures représentant des scènes religieuses sont symboliques. Qui ne connaît
les vierges à l’enfant des peintres de la renaissance et les chemins de croix
présents dans les églises ?. Il est à noter que l’iconographie chez les
orthodoxes est aussi un type de symbolique assez élaborée. Aussi les bouddhistes se
servent de représentations comme les mandalas célèbre, le rosaire des cent huit
tentations de Mara et la roue de la loi qui figure la loi inexorable du temps
qui ne s’arrête jamais. Le bouddha rieur est le compagnon de bien des foyers
et d’autres lieu. Le ying et le yang rappellent la relativité de toutes choses,
et le calendrier chinois représente les année avec des animaux.

Les protestants, le Judaïsme et l’Islam en ont eu une utilisation plus
modérée sinon inxistante ou presque pour certaines églises ou confession en raison
du respect des l’interdictions bibliques de la reproduction des images et des
statues au regard d’éventuelles dérives vers le fétichisme ou d’idolatrerie.
Néanmoins certains évènementq ritualisés comme la circoncision et des sacrifices
d’animaux à certaines occasions ont été et sont encore pratiqués. Le bouc
émissaire dans l’antiquité ainsi que l’éléphant blanc et la vache sacrée en Inde
sont des animaux symboliques.

Parmi les nombreux symboles, on peut encore citer par exemple chez les
alchimistes, la salamandre ambivalente qui symbolise le feu, l’aigle à deux têtes
qui représente l’alliance du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel, la
licorne, l’abeille etc. La pierre philosophale, issue de la transformation du plomb
en or est le symbole le plus connu dont le référend est la vanité et la
cupidité. Ces symboles alchimiques sont souvent communs avec ceux de la chevalerie
où l’héraldique qui concerne les armoiries qui sont les symboles emblématiques
qui distinguent les différentes familles aristocratiques et exaltent les
qualités que ces familles ont montrées au service du suzerain ou de la chrétienté.
L’étoile polaire est le chemin initiatique que doit suivre le chevalier pour
quérir le Graal récipient mythique qui aurait servi à Jésus pour boire le vin
de la scène.

On peut signaler également que le port du voile islamique et de la kipa ou
bien le port du turban chez les Sicks prend une connotation symbolique en
devenant le signe d’appartenance à une communauté. Les grandes entreprises
utilisent le logo symbolisant l’entreprise pour être reconnues et mémorisées dans le
public.Chez les francs-maçons ont voit l’équerre et le compas qui symbolise le
travail et la pierre taillée qui représente le maçon instruit et sorti de son
ignorance. La ruche montre la loge au travail. Et tous nous avons rencontré
la rose du parti socialiste et et la faucille et le marteau des communistes.

Pour terminer la description, on ne doit pas oublier de signaler
l’utilisation des symboles pour les oracles chez les Romains, l’astrlogie et la voyance
avec les signes du zodiaque le tarot et toutes sortes de symboles médiateurs.
Et l’astronomie avec toute une illustration symbolique de la voie lactée.

En dehors de la représentation par des images ou des objets, on appelle aussi
symboles les représentations des lettres ou des nombres et en chimie la
représentation des éléments, les symboles chimiques.

On peut dire pour finir sur les symboles que la psychanalyse par ses deux
chefs de file et particulièrement Jung et ses discciples ont donné un importance
particulière à la référence des symboles dans l’analyse psychanalytique de
l’inconscient, et notamment des rêves.La théorie des archétypes émise par Jung
qui établi des rapports entre certains symboles qualifiés d’archétypes et
l’inconscient est très controversée.

Celle ou celui qui veut découvrir et comprendre le monde et progresser vers
la connaissance et la sagesse peut s’initier et se servir des symboles comme
outils de recherche et d’étude.

Je dirais en conclusion que les symboles sont avant tout des révélateurs de
concepts abstraits et de vérités dont l’évidence est souvent plus difficilement
perceptibles par les mots. Ce texte n’est qu’un survol rapide qui ne donne
qu’une idée partielle sur un sujet très vaste et diversifié.

Daniel Toublanc

Pour les amateurs, voir par exemple les sites suivants :

http://letarot.com/pages/03symb.html

ou bien

http://www.chez.com/meditant/page5.htm