Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Miettes érémitiques au naturel et à la sauce piquante > Après la visite de Sébastien...

Miettes érémitiques

Après la visite de Sébastien...

lundi 21 novembre 2011, par frere francois

Lundi est revenu avec son pensum
pardon... le plaisir de vous écrire
même si on ne sait pas trop quoi...

Heureusement aujourd’hui l’ermitage est calme
la douceur et le soleil permettent de limiter les soins
et nettoyages dus aux commensaux
qui peuvent encore aller se dégourdir les pattes
et paître l’herbe fraîche , parfois trop et même glacée
et réclament quand même un complément de foin
encore parfumé de la chaleur de l’été

Ce week end nous avons accueilli, fait exceptionnel
un petit nouveau tout frisé , scout de son état
auquel nous avions refusé samedi d’acheter le calendrier
tant pressé et absorbé que nous étions de remonter...

vous allez savoir pourquoi...

En chemin Jess et moi eurent des remords
et sommes redescendus à grandes enjambées pour le retrouver
un sourire a suffit à éclairer son magnifique regard
et pour nous faire pardonner nous lui avons proposé
ce que nous proposons jamais d’habitude
surtout aux scouts, toujours à l’affût de bons coins...
mais pour Sebastien c’est différent

nous avons SA parole

et ce matin il était bien triste de repartir au collège avec Jess
dans la nuit noire
Lui qui avait éclairé notre Week End
de son regard clair et de sa foi
il reviendra c’est sûr

Faut dire qu’à la boulangerie du bas c’était galère
pour se faire servir il y avait la queue
des gens de plus en plus pénibles qui demandent une chose
puis une autre quand l’addition est faite
et puis qui changent
nouvelle addition , un paquet ?
et puis le paquet enfin clos aperçoivent une dernière gâterie
mais pas la file qui s’allonge et les sourires qui se crispent
hésitent encore, demandent conseil
pour finalement se raviser
et au dernier moment tourner les talons et se décider de le prendre

Les boulangères ont une patience infinie
les ermites un peu moins voyez...
c’est pour cela que d’ordinaire nous faisons notre pain
d’autant qu’à chaque client c’est la même chose
surtout quand on demande leur avis aux enfants qui s’en foutent

Quand après avoir commandé nos flûtes
nous partons ayant fait l’appoint
étonnement "c’est tout ?"

Mais oui ma bonne dame
une boulangerie c’est pour vendre du pain !

L’Eglise offre alors un havre de paix pour peu qu’elle soit ouverte
enfin s’il n’y a personne
ceux qui y sont font concours de bavardage
désormais les églises abritent outre un ramassis d’art moderne
pour attirer la chaland soi disant
en fait il le fait fuir
et remplir utilement le rapport annuel adressé à l’évêque
sur la nouvelle évangélisation du lieu
et peut-être quelques poches aussi
comme à Léoncel

Pourtant les statistiques si l’on veut bien les lire indiqueront le contraire...
à moins qu’on ne refasse l’histoire
c’est fréquent en Eglise...

Et puis n’y a-t-il point le silence ?
qui s’il n’est pas d’or n’a pas de prix ?
et les murs ou les fragrances d’encens ou de cierges qui ne demandent qu’à chanter
encore heureux si l’on ne nous inflige pas un air de pseudo grégorien
que l’évêché a cru bon d’acheter en gros pour être diffusés
et satisfaire quelque relation

pas pour l’édification des fidèles on s’en doute !

A Lyon c’est pire !
un jour avec Jess nous avons du fuir devant le raffut d’une intermittente du spectacle ecclésial
qui s’escrimait a expliquer dans un mauvais anglais
l’importance de l’Eglise St Nizier
à un groupe de touristes serbo croates
visiblement dépassés

S’ils en gardent un impérissable souvenir
je crains que ce ne soit pas celui de l’édifice
mais celui de la grosse bigote zélée

Pourtant les vitraux, le silence... ne demandaient qu’à murmurer
mais le silence était absent
dommage
et l’agitation frénétique des rares présents
faisait pleurer...

On ne sait plus garder un lieu de prière
on ne sait plus assurer une veille priante
jadis dans ces mêmes lieux une communauté de chanoine chantait les heures
et on se battait pour en faire partie...

Réfugiés à St Polycarpe la paroisse de mon enfance
nous dûmes parlementer pour ne pas avoir a payer un "eco"
que l’on nous réclamait pour raison de biennale
l’Eglise étant envahie par des objets tous plus laids les uns que les autres
les rares méritant attention n’exprimant rien
il est vrai que pour exprimer quelque chose
il convient d’abord d’écouter
et là aussi le bruit et l’agitation ont tout envahi

quand au bedeau : artiste besogneux
il préfère prendre le large que de faire acte de présence
s’enfuyant au moment même ou il attire les gens
il est vrai qu’un jour évoquant le nombre des Eglise à la Croix rousse ,
la foi des fidèles
et le nombre des messes
de jadis
il me répondit tout net "que c’était parce que c’était les patrons ( les Soyeux) qui les obligeaient
pour s’assurer la docilité des ouvriers

Même si cela est certainement vrai
j’attendais de lui une autre réponse
que cette phrase désabusée...

Dieu n’est pour lui certainement
qu’un processus physico chimique ...

on comprend dès lors sa fuite...

Pourtant l’occident manque singulièrement de valeur et d’idéal en ce moment
alors si même le clergé renonce...
comme dit Brassens le Christ descendant du calvaire dira dans sa lipe :
"merde je ne joue plus pour ces pauvres types...
la fin du monde sera bien triste

et le grand Pan est mort"

Au temps que régnait le Grand Pan,
Les dieux protégaient les ivrognes
Des tas de génies titubants
Au nez rouge, à la rouge trogne.
Dès qu’un homme vidait les cruchons,
Qu’un sac à vin faisait carousse
Ils venaient en bande à ses trousses
Compter les bouchons.
La plus humble piquette était alors bénie,
Distillée par Noé, Silène, et compagnie.
Le vin donnait un lustre au pire des minus,
Et le moindre pochard avait tout de Bacchus.

(Refrain)
Mais en se touchant le crâne, en criant " J’ai trouvé "
La bande au professeur Nimbus est arrivée
Qui s’est mise à frapper les cieux d’alignement,
Chasser les Dieux du Firmament.

Aujourd’hui ça et là, les gens boivent encore,
Et le feu du nectar fait toujours luire les trognes.
Mais les dieux ne répondent plus pour les ivrognes.
Bacchus est alcoolique, et le grand Pan est mort.

Quand deux imbéciles heureux
S’amusaient à des bagatelles,
Un tas de génies amoureux

Venaient leur tenir la chandelle.
Du fin fond du champs élysées
Dès qu’ils entendaient un " Je t’aime ",
Ils accouraient à l’instant même
Compter les baisers.
La plus humble amourette
Etait alors bénie
Sacrée par Aphrodite, Eros, et compagnie.
L’amour donnait un lustre au pire des minus,
Et la moindre amoureuse avait tout de Vénus.

(Refrain)

Aujourd’hui ça et là, les coeurs battent encore,
Et la règle du jeu de l’amour est la même.
Mais les dieux ne répondent plus de ceux qui s’aiment.
Vénus s’est faite femme, et le grand Pan est mort.

Et quand fatale sonnait l’heure
De prendre un linceul pour costume
Un tas de génies l’oeil en pleurs
Vous offraient des honneurs posthumes.
Et pour aller au céleste empire,
Dans leur barque ils venaient vous prendre.
C’était presque un plaisir de rendre
Le dernier soupir.
La plus humble dépouille était alors bénie,
Embarquée par Caron, Pluton et compagnie.
Au pire des minus, l’âme était accordée,
Et le moindre mortel avait l’éternité.

(Refrain)

Aujourd’hui ça et là, les gens passent encore,
Mais la tombe est hélas la dernière demeure
Les dieux ne répondent plus de ceux qui meurent.
La mort est naturelle, et le grand Pan est mort.

Et l’un des dernier dieux, l’un des derniers suprêmes,
Ne doit plus se sentir tellement bien lui-même
Un beau jour on va voir le Christ
Descendre du calvaire en disant dans sa lippe
" Merde je ne joue plus pour tous ces pauvres types.
J’ai bien peur que la fin du monde soit bien triste. "


georges brassens - le grand pan par bisonravi1987

d’autant que ce n’est pas vers Goldman &Sachs qui désormais règne ouvertement sur l’Europe que l’on va élever des suppliques ou tresser des couronnes
4 milliard de dollars de faux investissements, la Banque a publié un guide destiné à montrer aux chercheurs d’emploi comment « bluffer » les recruteurs lors d’un entretien d’embauche.
et...
en raison des mauvais résultats attendus en 2011, la Banque veut réduire ses frais de fonctionnement en réduisant la taille des tasses de café lors des pauses

ça c’est de la mystique ! et de la grandeur d’esprit !

Nous tournerons nous dès lors vers l’AIEA qui désormais bégaïe
reprenant ses formulations d’avant la guerre d’Irak ...
parle d’usines cachées et de preuves certaines ...
N’est-ce pas Thérèse ?
oh pas la petite sainte mais celle qui à la solde US pérore des fausses informations
pour monter à l’opinion publique et sur les médias que faire la guerre est une nécessité !!!

Syrie et Iran sont ses prochaines cibles...
à la manœuvre toujours l’aigle impérialiste qui désormais joue au serpent manipulateur
pour fomenter des révoltes et pousser les autres au crime

Cela ne m’étonne pas désormais que nous représentions un idéal pour les enfants que nous rencontrons sur les routes
quand nous leur racontons notre vie et nos espoirs
et les renvoyer dans ce monde sordide permet d’expliquer tous les suicides et toutes les violences
les désespoirs d’une jeunesse face à un monde devenu irrespirable

Tant qu’il y aura des ermites il y aura un refuge face au conformisme bêtifiant et borné
et ces technocrates qui feraient mieux de dégonfler leur ego
avant qu’on ne finisse par les pendre ou les plonger tout nu dans du goudron et les plumes de notre poulailler

le drame c’est que les ermites ne sont pas immortels

alors ?

en France on préfère la molesse des pédalos !

Silence ! laissez les rêver à leur passé !

Ils digèrent !

Frere Francois


contact : rmitte@free.fr