Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Là où seule la musique permet d’aller... > Grandes synthèses musicales > Le Tombeau de Marc Antoine Charpentier

Là où seule la musique permet d’aller (Nouvelle Serie)

Le Tombeau de Marc Antoine Charpentier

Méditation pour un dimanche pluvieux

dimanche 6 novembre 2011, par Brenda, frere francois, Jess, Kylian, Kevin et Jérémy, Nat et Nico

Marc-Antoine Charpentier était compositeur et chanteur ( né à Paris en 1643 et mort à Paris le 24 février 1704, et baroqueux) C’est
lui-même qui nous l’apprend par les annotations qu’il a laissées
dans ses manuscrits où, chaque fois qu’il se réserve un rôle ou une
partie vocale, il inscrit en abrégé « Charp. ».

Dans le Miserere des Jésuites, dont la version originale avait été conçue pour les musiciens de l’hôtel de Guise, il ajoute même sous la partie de haute-contre : « moy ici » !

En effet, Charpentier possédait le registre français par excellence, celui de haute-contre, auquel étaient confiés les grands rôles masculins de l’opéra. Il créa le personnage de La Peinture dans Les Arts florissants, celui d’Ixion dans La Descente d’Orphée aux enfers, le rôle titre d’Actéon, Tiburtius dans Cæcilia Virgo et Martyr ([H.413] et [H.415]), le berger Forestan dans La Couronne de fleurs dans le Miserere des Jésuites, le berger Tircis dans Sur la naissance de Notre Seigneur Jésus
Christ Pastorale , un berger encore dans la Pastorale sur la
naissance de Notre Seigneur Jésus Christ [H.483] et dans Il faut rire
et chanter, Dispute de bergers.

Il chanta aussi dans les Litanies de la Vierge à 6 voix et deux dessus de violes, le Chant joyeux du temps de Pâques et Nuptiæ sacræ.

Dans son Epitaphium Carpentarii ( que nous écoutons aujourd’hui), même si Charpentier n’a pas mentionné sa participation, il est évident que nul autre que lui ne pouvait incarner lui-même.

Charpentier et ses contemporains ont laissé très peu de documents sur l’homme qu’il fut. Il existe toutefois cette œuvre très originale qu’est l’Epitaphium Carpentarii, dont on ne trouve aucun équivalent dans l’histoire de la musique.

Composée par Charpentier auquel on doit aussi attribuer le texte, cette sorte de cantate en latin met en scène le musicien sous l’aspect d’une ombre (Umbra Carpentarii) qui revient sur terre après sa mort, sortant du tombeau à la surprise de ses deux amis, Ignatius et Marcellus.

Après les avoir rassurés – tel l’ange auprès des bergers effrayés par l’éclat de la lumière leur annonçant la naissance de Jésus dans les histoires sacrées pour la Nativité – l’Ombre de Charpentier leur fait cette déclaration dans un récitatif tout de sobriété : « Je suis celui qui, né naguère, fut connu dans le siècle ; me voici mort, nu et nul au
sépulcre, poussière, cendres et nourriture pour les vers. J’ai assez
vécu, mais trop peu en regard de l’éternité… J’étais musicien,
considéré comme bon parmi les bons et ignare parmi les ignares. Et
comme le nombre de ceux qui me méprisaient était beaucoup plus
grand que le nombre de ceux qui me louaient, la musique me fut
de peu d’honneur mais de grande charge ; et, de même qu’en
naissant, je n’ai rien apporté en ce monde, en mourant, je n’ai rien
emporté ».

Témoignage des plus émouvants du compositeur sur lui-même
qui nous invite à y entendre humilité et amertume mêlées. Ignatius
et Marcellus l’interrogent : « Dis-nous, chère ombre, si la musique
du Ciel est très différente de celle de la terre ? ».

L’Ombre de Charpentier invoque Dieu afin que ses amis mortels puissent entendre le concert céleste. Trois anges « qu’on entend et qu’on ne voit point », précise Charpentier dans son manuscrit, chantent une parodie de la liturgie célébrant le principe de la Trinité en Un.

Émus par une telle musique, Ignatius et Marcellus aspirent à quitter la
terre pour continuer à entendre le « nectar suave » de ces chants.
L’Ombre les met en garde, car pour leur pénitence, il doivent
d’abord subir « la musique fastidieuse et discordante de
Chaperon », « les dissonances de cet âne de Chaperon » pour
pouvoir goûter « les joies de la vie éternelle » et boire « le nectar du
concert des anges dans la fontaine de volupté ».

Ce Chaperon évoqué avec tant d’ironie était François Chaperon,
prédécesseur de Charpentier à la Sainte-Chapelle et dont aucune
composition ne nous est parvenue (nous ne pouvons donc pas juger
de l’appréciation de Charpentier). Car celui-ci n’est pas tendre, c’est
le moins qu’on puisse dire. Lui en voulait-il d’avoir été nommé
maître de musique au moment où lui-même désirait déjà ce poste
prestigieux qu’il n’obtiendra que vingt ans plus tard ?
Peut-être.
Estimait-il sa musique de moindre valeur que la sienne ?
Sans aucun doute.
Dans cette œuvre, Charpentier montre avec
force qu’il avait conscience de la qualité de son art.

Parmi les nombreuses œuvres de Charpentier dédiées à Saint
Louis, le motet In honorem Sancti Ludovici regis Galliæ (H.332)
utilise un texte de louanges célébrant tout autant le saint roi et ses
croisades que Louis XIV et ses victoires. Le compositeur le mettra en
musique deux autres fois ([H.320] et [H.323]

Le jour de la fête de Saint Louis étant le 25 août, il est permis de penser que les motets à sa gloire aient été chantés à cette date anniversaire. Toutefois, celui que nous découvrons a été copié par Charpentier dans ses manuscrits juste après le Luctus pour la mort de la reine. Les deux pièces recourent de plus au même effectif. Que ce soit dans
les oraisons funèbres ou le In obitum de Charpentier consacrés à la
mémoire de Marie-Thérèse, un hommage appuyé à Louis XIV y est
inévitablement associé.

Il apparaît donc possible que le In honorem
Sancti Ludovici regis Galliæ [H.332] ait été joué à la fin de
l’année 1683 dans le cadre d’une cérémonie dédiée à la reine
défunte, où la gloire de Louis est exprimée par une écriture en
fanfare au début et la profusion des « Ludovicus triumphet,
Ludovicus regnet, Ludovicus vivat » pour finir.

Les motets pour l’élévation étaient chantés au cours de l’office
de la messe entre le Sanctus et le Benedictus, « à l’heure qu’on lève
l’hostie » ainsi que le note Charpentier dans une de ses partitions.

Ces moments d’intense recueillement sont toujours traités par
Charpentier avec les moyens les plus propres à provoquer le trouble
et l’émotion du fidèle ou de l’auditeur : chromatismes, chaînes de
retards, silences dans l’Élévation « Ave verum corpus » [H.266],
mise en valeur de l’exclamation « O » par une note longue suivie
d’un silence dans l’Élévation pour la paix « O bone Jesu dulcis »
[H.237]. Ces pièces sont généralement courtes, mais suivant la
longueur de la célébration, on peut en chanter plusieurs à la suite
ou une plus développée comme l’Élévation « O cælestis
Jerusalem » [H.252] qui offre une grande variété de ton, où la
douleur exprimée par un récitatif aux intervalles tendus et à
l’harmonie tourmentée alterne avec la joie la plus immédiate,
figurée par d’éblouissantes vocalises.

Le Dialogus inter Magdalenam et Jesum se situe lorsque
Madeleine cherche Jésus au tombeau. Celui-ci lui apparaît,
Madeleine le reconnaît, mais il lui interdit de le toucher. Cette
injonction faite à Madeleine qui n’en comprend pas alors le sens est
musicalement rendue d’abord par un dialogue de reconnaissance
fait de courtes interventions, puis par un échange entre les deux
personnages, enfin par un duo dans lequel chacun conserve son
texte : séparés par les apparences, mais unis par l’esprit et la
musique. Tout est dit, en seulement quelques petites minutes.

Le Miserere à deux dessus, une haute-contre et basse continue
[H.173] fut écrit pour la semaine sainte de 1680 et chanté à
l’Abbaye-aux-Bois. Ce psaume de pénitence était chanté à l’office
de laudes qui suivait celui des ténèbres. On y retrouve l’esprit de la
lamentation qui règne dans les leçons, et parfois même le style
récitatif et ornemental qui leur est également propre.

Voici le Miserere

http://youtu.be/NDsofY1jjhM

L’élévation : Ave verum Corpus

http://youtu.be/SgswVeLikG4

O coelestis Jerusalem

http://youtu.be/TjcrKub-DJk

Le dialogue entre Marie-Magdeleine et Jésus

http://youtu.be/YLYGCGB53U8

O dulce , O ineffable convivium

http://youtu.be/FaMF55wAyYY

Elevation pour la Paix

http://youtu.be/sOwGtmqwZVo

Epitaphium Carpentarii

http://youtu.be/zI4Xgr8K_mU

Mors Saülis and Jonathan

http://youtu.be/gA5O-zPEquU

Bon Dimanche !

L’ermitage !


Voir en ligne : Notre Channel sur You Tube


contact : rmitte@free.fr