Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Approfondissements > Ils ne sont pas entrés à l’intérieur du message

Ils ne sont pas entrés à l’intérieur du message

Une réflexion sur un texte de l’évangile de Thomas

jeudi 31 octobre 2002, par frere francois

Suffit-il de savoir ?...à cette question Ieshouah répond par la négative...il convient au contraire d’entrer jusqu’au coeur du Message... et d’accomplir le Passage

IL disait :
Les pharisiens et les scribes ont reçus les clefs du savoir
et ils les ont cachées
Ils ne sont pas entrés à l’intérieur
et ceux qui veulent entrer ils les en empêchent
Quand à vous
soyez attentifs comme le serpent
et simples comme la colombe

(logion 39 évangile de Thomas)

Ieshouah le Nazaréen...
les évangiles aiment à nous en donner une image d’un homme plein de compassion, d’un thérapeute... d’un éveilleur aussi...

Mais dans certains textes percent aussi des instants de violence et de colère
une violence envers l’hypocrisie
une violence envers ceux qui ont reçu la Lettre, la Parole
une violence envers ceux qui on reçu le Message de l’Amour de Dieu pour tous les hommes et son invitation à la liberté
...et qui s’empressent d’imposer aux autres... des régles, des obligations morales...
...et qui s’empressent de détourner la tête quand il s’agit de se salir les mains... de faire preuve de courage et d’appliquer concrètement ce Message au détriment de quelques avantages douillets...

Le grand Inquisiteur veille comme le dit si bien Dostoïevsky
un grand Inquisiteur qui aime à proclamer face au Message :

" Tu as révélé aux hommes une trop grande liberté...
Ils sont malheureux
Ils ne savent quoi en faire
Mais nous...
nous leur avons enseigné ce qui est bien, ce qui est mal
Nous leur avons dit ce qu’il faut faire...
ils sont peut-être moins libres...
mais ils sont plus heureux !

Vous la connaissez bien cette voix !
cette voix de tous ceux qui veulent faire le bonheur de l’homme ...sans l’homme !
sans que l’homme y participe par sa liberté !

Scribes et Pharisiens ont reçu les clefs
les clés du pouvoir, de la domination,
clés de l’argent et de la connaissance... du savoir...
mais ils ne veulent pas ouvrir la porte à tous !

Ils gardent le Message comme on garde un objet,
en le déformant...
en le prenant à la lettre au lieu de le faire Vivre
enseignant ainsi la Lettre qui tue... et oubliant l’Esprit qui vivifie

" Ils distribuent les noix sans en briser la coquille
et les enfants se cassent les dents
Ils ne sont pas entrés dans l’amande,
dans le noyau de l’Essentiel
dans le Message
( Origène)

et ne l’appliquent pas non plus...

Plus que cela ce qui a été perdu c’est le sens de l’initiation et du passage
Tout l’art de l’enseignant, du Maître ou du Gourou en spiritualité ou en mystique ( l’herméneute) est de faire passer son élève d’un plan de conscience à un autre... jusqu’à atteindre l’Esprit dans lequel la Parole du Message a été prononcée...
Car il y a tant de niveaux d’interprétation de l’Écriture...
et cette dernière est tellement mal adaptée à décrire et transmettre l’Essentiel...
surtout en nos langues occidentales qui n’en n’ont ni le vocabulaire, ni l’image comme c’est le cas dans les écritures idéographiques orientales...où l’image accompagne le phonème...qui se marie avec le sens caché...

Ainsi on peut lire le Cantique des Cantiques comme le roman d’amour d’un berger et d’une bergère...
ou comme une histoire symbolique des relations de Dieu avec Israël ...
ou de celles de l’Église des hommes avec le Christ...
ou comme le récit des aventures de l’âme avec son Dieu...
description mystique de l’union du créé et de l’incréé...

Si on ne prend pas la peine d’aller jusqu’à l’amande des choses de l’écrit, ce dernier devient un piège qui enferme, qui culpabilise et qui condamne...
au lieu de l’ouvrir vers la liberté de l’être !

L’écriture elle même n’est-elle pas une grille qui enferme ?
seul le contact ou l’expérience vécue permet d’appréhender le Passage...et le Réel...

Que de fois ne se sert -t-on pas en fait de la Parole et de l’Écriture pour affirmer son pouvoir, pour dominer les autres
Pouvoir le plus dangereux et le plus pervers qui soit...c ar prétendant parler au nom de Dieu il s’introduit dans la conscience de l’autre et prétend la diriger
Mais la parole de Dieu ne donne aucun pouvoir !
...sinon le pouvoir d’aimer et de servir d’avantage !

Soyez donc frères et soeurs... attentifs comme le serpent et simples comme la colombe !
Le mystique n’est pas un homme au savoir particulier
C’est un homme simple au coeur innocent ,sans soucis de lui même et attentif à ce qui est devant son visage...
et non point de l’image qu’il donne aux autres...de son paraître...de cela il n’en a cure !

Le Message cherche à développer chez l’homme une attitude méditative devant ce qui Est
une attitude non duelle, non rationisante
une attitude sans projections et sans jugements
une attitude du simple voir

Voir et se tenir à terre comme le serpent... sans perdre son élan vers les hauteurs conne sait si bien le faire la colombe...
Tenir ensemble les qualités de ces deux êtres c’est unir aussi les contraires
C’est tenir ensemble la terre et le ciel...

IL disait :
Les pharisiens et les scribes ont reçus les clefs du savoir
et ils les ont cachées
Ils ne sont pas entrés à l’intérieur
et ceux qui veulent entrer ils les en empêchent
Quand à vous
soyez attentifs comme le serpent
et simples comme la colombe

(logion 39 évangile de Thomas)