Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Là où seule la musique permet d’aller... > Carême 2011 > Mercredi Saint (29)

CAREME 2011

Mercredi Saint (29)

Méditation de Carême

mercredi 20 avril 2011, par frere francois


Antiphona

Avertantur retrorsum, et erubescant, qui cogitant mihi mala.

Psalmus LXIX

Deus in adjutorium meum intende : Domine, ad adjuvandum me festina.
Avertantur statim erubescentes, qui dicunt mihi : Euge, euge !
Exsultent et laetentur in te omnes qui quaerunt te ; et dicant semper : Magnificetur Dominus, qui diligunt salutare tuum.

Ego vero egenus et pauper sum ; Deus, adjuva me.
Adjutor meus et liberator meus es tu : Domine, ne moreris.
Psalmus 69 (70), 1, 3-5

Antiphona

Avertantur retrorsum, et erubescant, qui cogitant mihi mala.

Lectio I

Incipit Lamentatio Jeremiae I’rophetae.

Aleph. Quomodo sedet cola civitas plena populo ! Facta est quasi vidua domina gentium ; princeps provinciarum fada est sub tributo.
Belli. Plorans ploravit in nocte, et lacrymae ejus in maxillis ejus ; non est qui consoletur eam, ex omnibus charis ejus ; omnes amici ejus spreverunt eam, et facti sunt ci inimici.

Antienne
Qu’ils fassent marche arrière et rougissent de honte, ceux qui me veulent du mal.

Psaume 69
Venez à mon aide, ô mon Dieu ;
hâtez-vous, Seigneur, de me secourir.
Que ceux qui me disent des paroles de raillerie et
d’insulte soient renversés aussitôt avec honte.

Mais que tous ceux qui vous cherchent se réjouissent
en vous, et soient transportés de joie. Et que ceux
qui aiment le salut qui vient de vous, disent sans cesse :
Que le Seigneur soit glorifié dans sa grandeur.
Pour moi, je suis pauvre et dans l’indigence ;
ô Dieu, aidez-moi.
C’est vous qui êtes mon protecteur et mon libérateur.
Seigneur, ne tardez pas davantage.

Antienne

Qu’ils fassent marche arrière et rougissent de honte, ceux qui me veulent du mal.

Première leçon

Ici commence la Lamentation du Prophète Jérémie.

Aleph. Comment cette ville si pleine de peuple est-elle maintenant si solitaire et si désolée ? La maîtresse des nations est devenue comme veuve ; la reine des provinces a été assujettie au tribut.

Beth. Elle n’a point cessé de pleurer pendant la nuit, et ses joues sont trempées de ses larmes. De tous ceux qui lui étaient chers, il n’y en a pas un seul qui la console ; tous ses amis l’ont méprisée, et sont devenus ses ennemis.

2/7 - http://www.youtube.com/watch?v=ICLlYIZyhuw

Ghimel. Migravit Juda propter afflictionem,
et multitudinem servitutis ; habitavit inter gentes, nec invenit requiem ; omnes persecutores ejus apprehenderunt eam inter angustias.

Daleth. Vae Sion lugent, eu quod non sint qui veniant ad solemnitatem ; omnes portae ejus destructae, sacerdotes ejus gementes ; virgines ejus squalidae, et ipsa oppressa amaritudine.

Ghimel. La fille de Juda s’est retirée en d’autres pays, à cause de la servitude insupportable qui l’affligeait. Elle a demeuré parmi les nations, et elle n’y a point trouvé de repos. Tous ses persécuteurs se sont saisis d’elle dans son extrême douleur.

Daleth. Les rues de Sion pleurent, parce que personne ne vient à ses solennités. Toutes ses portes sont détruites. Ses prêtres gémissent ; ses vierges sont défigurées de douleur, et elle est plongée dans l’amertume.

3/7 - http://www.youtube.com/watch?v=LxGuEDGTI1w 

He. Facti sunt hostos ejus in capite, inimici ejus locupletati sunt, quia Dominus locutus est super eam propter multitudinem iniquitatum ejus ; parvuli ejus ducti sunt in captivitatem ante faciem tribulantis.
Jerusalem convertere ad Dominum Deum tuum.

Lamentatioues 1, 1-5

Responsorium 1
Seniores populi consilium fecerunt ut Jesum dolo tenerent et cxciderent.
Nihil rapuit eis Jesus, ista sathanas finxit somnia ; nihil abstulit eis Christus qui largitus est eis omnia.
Cur igitur exierunt comprehendere eum cure
gladiis et fustibus tanquam ad latronem ? Collegerunt pontifices et pharisaei consilium
ut Jesum dolo tenerent et occiderent.

He. Ses ennemis se sont élevés au-dessus d’elle ; ceux qui la haïssaient se sont enrichis ; parce que le Seigneur l’a condamnée à cause de la multitude de ses iniquités ; ses petits enfants ont été emmenés captifs devant l’ennemi qui les chassait.
Jérusalem, convertissez-vous au Seigneur votre Dieu.

Premier répons

Les anciens du peuple tinrent conseil, afin de
prendre Jésus par la ruse, et de le mettre à mort. Jésus ne leur a rien volé, Satan seul est l’auteur de
ces mensonges ; le Christ ne leur a rien pris, lui
qui dans sa bonté leur a tout donné.
Alors pourquoi sont-ils sortis avec leurs glaives et
leurs bâtons pour l’arrêter comme un voleur ? Les prêtres et les pharisiens tinrent
conseil, afin de
prendre Jésus par la ruse, et de le mettre à mort.

4/7 - http://www.youtube.com/watch?v=Xi8sNGCBj1U

Lectio Il

Vau. Et egressus est a filia Sion omnis decor Vau. ejus ; facti surit principes ejus velut arietes non invenientes pascua, et abierunt absque
fortitudine ante faciem subsequentis.

Zain. Recordata est Jerusalem dierum afflictionis suae, et praevaricationis, omnium desiderabilium suorum, quae habuerat a diebus antiquis, cum caderet populus ejus in manu hostili, et non esset auxiliator ; viderunt eam hostes, et deriserunt sabbata ejus.

Seconde leçon

Vau :Tout ce que la fille de Sion avait de beau lui a été enlevé
. Ses princes sont devenus comme des
béliers qui ne trouvent point de pâturage, et ils
sont allés tous faibles devant l’ennemi.

Zain. Jérusalem s’est souvenue des jours de son affliction, de ses prévarications, et de tout ce qu’elle avait eu dans les siècles passés de plus désirable, lorsque son peuple, sans secours, tombait sous la main ennemie. Ses ennemis l’ont vue, et se sont moqués de son sabbat.

5/7 - http://www.youtube.com/watch?v=CKEOgCX8fZI

Heth. Peccatum peccavit Jérusalem, propterea instabilis farta est ; omnes qui glorificabant eam spreverunt illam, quia viderunt ignominiam ejus ; ipsa auteur gemens conversa est retrorsum.

Tetth. Sordes élus in pedibus ejus, nec recordata est finis sui ; deposita est vehementer, non habens consolatorem. Vide, Domine, afFlictionem meam, quoniam erectus est inimicus.

Jérusalem convertere ad Dominum Deum tuum. Inmeutationes 1, b-9

Heth. Jérusalem a commis un grand péché, c’est pourquoi elle est devenue errante et vagabonde. Tous ceux qui l’honoraient l’ont méprisée, parce qu’ils ont vu son ignomie, et elle a tourné son visage en arrière, en gémissant.

Teth. Ses souillures ont paru sur ses pends, et elle ne s’est point souvenue de sa fin. Elle a été prodigieusement abaissée, sans qu’elle ait de consolateur. Seigneur, considérez mon affliction, parce que l’ennemi s’est élevé avec orgueil.

Jérusalem, convertissez-vous au Seigneur votre Dieu.

6/7 - http://www.youtube.com/watch?v=A-y3D63HQAw

Responsorium II

Tristis est anima mea usque ad mortem : sustinete hic et vigilate mecum.
Nunc videbitis turbam, quae circumdabit nie : vos fugam capietis, et ego vadam immolari pro vobis.

Ecce appropinquat hora et filins hominis tracteur in marins peccatorum.

Vos fugam capietis, et ego vadam immolari pro vobis.

Lectio III

Jod. Manum suam misit hostis ad omnia desiderabilia ejus, quia vidit gentes ingressas sanctuarium suum, de quibus praeceperas ne intrarent in ecclesiam tuam.

Caph. Omnis populus ejus gemens, et quaerens panem : dederunt pretiosa quaeque pro cibo ad refocillandam animam. Vide, Domine, et considéra quoniam facta sum vilis !

Second répons Mon esprit est triste jusqu’à la mort : demeurez ici et veillez avec moi.
Tout à l’heure vous verrez une foule qui viendra m’entourer : vous, vous prendrez la fuite, et moi, j’irai pour vous au sacrifice.

Voici que s’approche l’heure où le Fils de l’Homme doit être livré aux mains des pécheurs.

Vous, vous prendrez la fuite, et moi j’irai pour vous au sacrifice.

Troisième leçon

Jod. Les ennemis ont porté leurs mains sur tout ce qu’elle avait de désirable, parce qu’elle avait vu entrer dans son sanctuaire des nations au sujet desquelles vous aviez ordonné qu’elles n’entreraient jamais dans votre assemblée.

Caph. Tout son peuple est dans les gémissements, et cherche du pain. Ils ont donné tout ce qu’ils avaient de plus précieux pour trouver de quoi soutenir leur vie. Voyez, Seigneur, et considérez l’avilissement où je suis réduite.

7/7 - http://www.youtube.com/watch?v=43NauYAZkQ4

Lamed. O vos omnes qui transitis per viam, attendite, et videte si est dolor sicut dolor meus ! Lin , , ro v:ndemtavit nie, ut locutus est L)oniinus, in die lurons sui.

Mem. De excelso misit ignem in ossibus meis et erudivit me : expandit rete pedibus meis, convertit me retrorsum : posait me desolatam Iota die moerore conlectam.

Nun, Vigilavit jugum iniquitatum mearum : in manu ejus convolutae sunt, et impositae collo meo : infirmata est virtus mea : dedit me Dominus in manu, de qua non potero
surgere.

Jerusalem convertere ad Dominum Deum tuum.
lamentatioses 1, 10-14

Responsorium III

Ecce quomodo moritur justus, et nemo percipit corde : et viri justi tolluntur, et nemo considerat.
A fade iniquitatis sublatus est justus : et erit
in pace memoria cjus.
Tanquam agnus coram tondente se obmutuit, et non aperuit os suum : de angustia et judicio sublatus est.
Et erit in pace memoria élus.
Ecce quomodo moritur justes, et nemo percipit corde : et vin lusti tolluntur, et nemo considerat.

Lamed. O vous tous qui passez par le chemin, considérez et voyez s’il y a une douleur comme la mienne ; car le Seigneur m’a traitée selon sa parole au jour de sa fureur comme une vigne qu’on a vendangée.

Mem. Il a envoyé d’en haut un feu dans mes os, et il m’a châtiée. Il a tendu un rets à mes pieds, et il m’a fait tomber en arrière. Il m’a rendue toute désolée et tout épuisée de tristesse pendant tout le jour.

Nun. Le joug que m’ont attiré mes iniquités m’a accablée tout d’un coup. La main de Dieu en a fait comme des chaînes qu’il m’a mises sur le cou. Ma force a été affaiblie. Le Seigneur m’a livrée à une main de laquelle je ne pourrai jamais me défaire.
Jérusalem, convertissez-vous au Seigneur votre Dieu.

Troisième répons

Voici comment meurt un juste, et nul ne s’en
émeut dans son coeur : des justes sont emmenés,
et nul n’y prête attention.
Un juste a été mené devant la face même de l’iniquité et sa mémoire sera en paix
Comme l’agneau sous la main qui le tond, il s’est tu,
et n’a point ouvert sa bouche : il a été enlevé
aux angoisses et à la justice des hommes.
Et sa mémoire sera cri paix.
Voici comment meurt un juste et nul ne s’en émeut
dans son coeur : des justes sont emmenés, et nul
n’y prête attention.

***Les loupiots ont beaucoup travaillé pour vous proposer le texte de cette admirable méditation des ténèbres...de Charpentier ( souvenez vous aussi de Couperin dont la musique est aussi très belle)

Cette lamentation encadre parfaitement le psychodrame de la Passion que nous proposent les textes liturgiques de ce jour...( auxquels je vous renvoie)

Celle ci débute vous le savez par un repas...celui de la Pâques cette fête juive qui célébrait la fuite d’Egypte...le passage de la mer rouge...et l’arrivée en terre promise : symbole du passage de l’ancien monde et son lot de souffrance et de fautes...vers une terre nouvelle où tout sera mieux

Espoir permanent des hommes...et particulièrement de ces migrants qui fuient les guerres de l’occident et viennent frapper à la porte des espaces que nous nous sommes égoïstement attribués...avec les inadmissibles réponses que l’on connait

Au cours de ce repas on se rappellera l’importance de la fraction du pain...mémoire de ce que le Nazaréen avait fait pour ceux qui le suivaient jadis et du repas où chacun peut venir s’asseoir... et que l’Eglise a figé et détourné en un sacrifice archaïque pour ne pas déplaire à la société pyramidale qui la nourrit

Je voudrais insister seulement aujourd’hui sur le geste du lavement des pieds qui débute cette cérémonie ( et est célébré dans la liturgie de demain)
un geste fort qui est celui de l’accueil et du bien être, des soins donnés vis à vis de celui qui frappe ...et que nous pratiquons toujours dans le rite bénédictin ( souvent hélas réduit à un simple lavage de mains)

oui ce geste fort symbolise à lui seul le message du christianisme... devenu odieux à l’orgueil d’un grand nombre dans la société actuelle...qui préfèrent les termes flatteurs : "racines chrétiennes, ou fille ainée de l’Eglise"... qui n’ont rien à voir avec le christianisme...mais avec le pharisianisme !!!!)

toi qui frappe tu es l’hôte d’honneur que je reçois : toi proscrit, condamné , toi qui n’a rien , toi qui a fauté... tu es l’hôte d’honneur de cette maison
je m’agenouille devant toi... et en lavant...ce qui est le plus sale en toi... je te rend ta dignité d’être humain...et je t’accueille comme celui qui me précède !

Telle était l’attitude de tous les jours de la petite ermite de Léoncel que je revois en train d’accueillir...puis de laver sa vaisselle à minuit... seule à plus de 85 ans... alors que tous étaient partis après s’être rassasié à sa table.. .ou agenouillée sur le carrelage de la cuisine pour remettre un peu d’ordre dans son "gourbi" enfumé à la limite de l’insalubrité que lui louait honteusement la mairie...

Oui la petite ermite de Léoncel lavait les pieds les plus humbles et les plus sales......de ceux qui n’avaient pas de nom ou n’osaient pas le citer... elle s’agenouillait devant les coeurs qui avaient trahi... bardée de dilpômes elle nettoyait les WC sans honte ...et avait rendu sa beauté cistercienne à l’abbatiale de Léoncel en grattant de ses mains la mousse et la boue qui s’y trouvait.., s’écorchant aux ferrailles... et aux ronces.... jusqu’au sang

autant de gestes que ses Judas ne se risquent pas à faire de nos jours !....

n’oubliez pas d’aller à http://leoncel.free.fr et de penser à elle !

frere francois +


Voir en ligne : Notre Channel sur You Tube