Bulletin de l’Ermitage

Accueil > Là où seule la musique permet d’aller... > Carême 2010 > Le jour où l’on se fait des cendres...

Carême 2010

Le jour où l’on se fait des cendres...

mercredi 17 février 2010, par frere francois, Jess, Nat et Nico

°

Memento, homo, quod pulvis es, et in pulverem reverteris

Souviens toi homme que tu es poussière et que tu retournera poussière

Cette phrase extraite de la Genèse était très utilisée chez les Juifs jadis qui devant tout blasphème, péché ou détresse avaient l’habitude de déchirer leurs vêtements et de se rouler ou de s’asseoir dans la poussière... ou/et de se couvrir de cendre....

On ne peut pas dire que cela soit très accueillant pour un premier jour... même de Carême...
surtout à une époque où toute confession , toute contrition, tout effort de vérité ou aveux d’impuissance, de limites ou d’échecs est considéré inacceptable, dévalorisé ou ringard..
relevant à coup sûr d’une cellule psy

sauf si c’est pour affiner un "look" ou de courir après des médailles... ballons ou "baballes"
ou autres résultats "sportifs"... très rémunérateurs
la société hédoniste, du plaisir à tout crin et du chacun pour soi est passé par là !

Mais ne prenez pas des faces de carême pour autant dit l’Évangile : il convient de se parfumer la tête et faire en sorte que la main droite qui donne ignore celle qui ne fait rien... ce qui revient à dire : ne rien montrer de votre engagement ! .

C’est écrit ! [1]

D’ailleurs hier c’était Mardi Gras ... jour carnavalesque que l’on ne fête plus que symboliquement : dommage ! ...
Ce jour là y voit des pauvres devenirs rois, des sans abris habiter dans des châteaux, , des étrangers être accueillis à bras ouverts...dans un esprit très évangélique pourtant...
et des puissants ou des savants réduits aux taches subalternes...
un vrai retour à la rizière comme dans la révolution culturelle de Mao...

Pourquoi pas ? ça soigne !

Invitation à relire Rabelais et son Gargantua assoiffé non de bière ou de grande bouffe ( pendant que d’autres crèvent de faim) mais d’un monde nouveau de fraternité. ...
et qui après avoir gagné "sa" guerre, non seulement pardonne aux vaincus mais il leur donne en plus trois mois de soldes pour qu’ils puissent redémarrer une nouvelle vie plus calme que celle de mercenaire !

Et l’abbaye de Thélème qu’il fonde a pour devise : « fais ce que tu veux ».
Voilà peut-être un programme pour une éducation qui chez nous en est resté au système militaire Napoléonien...et dont on s’étonne qu’il ne fonctionne plus...
laliberté et son apprentissage mais aussi sa confiance sont plus formateurs que les "flics déguisés" ou autres "matons"...et autres portails et caméras dont on veut farcir ce que l’on ose encore appeler des établissements d’éducation...et ne sont devenus que des centres de rétentions et de triage...

Un Veld’Hiv contemporain !

Car là encore attention ! Thélème cela ne veut pas dire « faire n’importe quoi » mais agir en raison : c’est de volonté dont il est question.

Mais que voulons-nous vraiment, au plus profond de notre être ?

That is the question...

Le vrai Carême qui débute aujourd’hui évoque le désert si présent dans la Bible ...celui du Nazaréen bien sûr qui y parti après son baptême...
Moïse aussi bien avant lui et dont on voulait copier le trait...(en le modernisant) avant de "pondre" les tables de la loi...

Nous avons bien failli disparaître nous aussi pour 40 jours sous la neige...ou partir plus au sud...mais que seraient devenus nos commensaux et autres amis du net ?

Pourquoi le désert ? : pour l’espace, le silence , l’absence , l’uniformité du paysage qui ne distrait point, l’immensité de la voûte étoilée... rien que l’essentiel ...
face à face avec soi : histoire de reprendre souffle, de faire le point, de prendre de bonnes résolutions...
Mais aussi de prendre du recul ou d’explorer ses limites

L’espace permet de se libérer de la vie étriquée, de la routine, des casseroles, de la marmaille, du fric, du boulot...
ces familles agglutinantes chéries des régimes politiques aliénants

et oui on rêve parfois les ermites : " Boss je m’casse... je prend mes jours de vacances pour cause de carême..." original non... ?
un t’i congé sabbatique pour cause ...de désert !
cam’ kiffe

ça c’est une rupture

Impossible ?
et pourtant tous pendant le Carême nous sommes invités de manière ou d’une autre à aller au désert : une cassure est nécessaire, il convient de faire table rase de tout ce qui encombre notre vie de tous les jours, les soucis domestiques, les projets, les ennuis
pour...
pendant 40 jours respirer l’espace ...pour une fois sans les autres...

on peut toujours trouver le moyen de le faire ...et il n’est pas nécessaire pour autant d’aller dans un monastère... simplement élaguer ...

au moins quelques jours...de rencontre avec soi....

seul !

Pour Jess habitué en déserts de toutes nature ce retrait lui fait penser à St Exupéry...et son petit prince....
Il vous expliquera tout au long de ces causeries que nous avons décidé de rédiger ensemble : histoire de changer de "ronron" et de "décaper un peu" ...
même si la cohérence de notre récit va en souffrir un peu...
forcément...

Désolés !

et oui entrer en carême c’est comme atterrir dans le désert en panne d’essence ...
un désert qui nous renvoie à nous même et dont la confrontation nous installe dans la méditation.
Un espace sans vie et sans eau, lieu de l’épreuve, de la révélation et de conversion ( dans le sens du retournement des idées)
Un lieu qu’il convient de transcender, de dépasser pour atteindre la réalité et la vérité de l’être
pour aller au delà de ce que l’on croit savoir de soi même

Tel le grain de sable dans la dune, la vérité de notre être est enfouie dans cette immensité où nous devons la chercher.
Marcher dans le désert permet de prendre conscience que toute expérience si elle part de l’individu n’a d’intérêt que si elle débouche sur du collectif, sur la communauté des hommes
...et au désert on y rencontre parfois un petit prince qui vous remet en selle....
nous y reviendrons ;.. [2]

Le silence ... est aussi un paramètre essentiel : silence des médias, des infos, de la musique,
silence du cœur, des émotions, des tentations , des velléités, des projets d’achat, de voyages , de rencontre
tout ce karma, toute cette poussière qui peu à peu envahit tout notre être... pour prendre toute la place
pour le rouiller, le gripper, le faire souffrir... et le paralyser...

ou l’écarteler

l’homme éclaté vous connaissez ?

Une raison de plus au cours de ces 40 jours pour essayer de retrouver tous les morceaux, rassembler les rouages, les écrous et les vis ( pas les vices !) que nous avons perdu...
redevenir complet...

aaah ! la complétude...

Enfin ! seul avec soi même, avec sa pensée, sa conscience
seul pour écouter ce que le subconscient a à nous dire,
faire le point,:d’où je viens, par ou suis-je passé ,...mais aussi et surtout où donc vais-je ????
question essentielle dans un monde sans but

Pourquoi pas un peu de jeûne ou de privations que nous ne pratiquons plus ? ...
pas seulement de partage... ni bien sûr par masochisme...
simplement pour se prouver qu’il il y a une chef a bord
retrouver la clarté des pensées...la faim dans l’avenir...

le jeune fait partie des purifications nécessaires de ce temps de Carême

Quant à notre aide elle sera ponctuelle : un texte chaque Dimanche, des films, un peu de musique...
nous y passerons en revue différents thèmes, fruits de nos lectures ou questionnements
de vos lettres aussi si vous n’hésitez point à écrire
ce sera un peu décousu...forcément
mais sans vous cela sera moins riche ...

alors à Dimanche ! en Carême

Jess et frere francois ermites

°


Voir en ligne : Notre Channel sur You Tube


Vous trouverez sur cette page des liens pour parcourir les précédents Carêmes ( depuis presque 20 ans ! mais il ne reste que les derniers à cause d’un "crash" vers les années 2000)

N’oubliez pas de réagir et de nous écrire : cela nous aide à orienter nos propos : rmitte@free.fr

Bye !


[1Matthieu 6,16)

[2on peut utilement relire ou méditer ce texte si on a le temps